/finance/news
Navigation

Transfert en FERR: qu’advient-il des REER dont le terme n’est pas échu?

Coup d'oeil sur cet article

Question de Robert, un de nos lecteurs : En prévision de ma retraite qui approche à grands pas, j’ai acquis au fil du temps différents placements REER : des obligations à taux progressif (10 ans) et des obligations basées sur l’indice boursier (5 ans). Lors du transfert des REER en FERR, qu’adviendra-t-il de ces placements dont le terme n’est pas échu ? Seront-ils liquidés et on repart alors de zéro ?

Le REER et le FERR sont en quelque sorte des contenants, explique le planificateur financier et conseiller en placement Ghislain Messier, de la Financière Banque Nationale, Gestion de patrimoine. Le moment venu, on déplace donc ses placements d’un contenant à un autre, en l’occurrence à partir d’un compte d’accumulation vers un compte de décaissement. Petit rappel : il faut convertir ses REER en FERR au plus tard le 31 décembre de l’année de son 71e anniversaire. 

Mêmes particularités

Le transfert des REER vers le FERR s’effectue tel quel, c’est-à-dire que les produits financiers qui se trouvaient dans les REER ne sont pas modifiés et qu’ils conservent leurs particularités (taux d’intérêt, échéance). 

Dans votre cas, cela signifie que vos obligations 10 ans et 5 ans ne seront pas liquidées, elles passeront simplement d’un véhicule d’épargne à un autre. En revanche, rien ne vous empêche de modifier votre stratégie au fil du temps pour l’adapter à vos besoins. En effet, en avançant en âge, on préfère souvent opter pour des placements présentant moins de risques. 

Qu’advient-il des retraits minimums à partir de votre FERR si vous détenez des produits non rachetables ? Plusieurs institutions financières – vérifiez avec la vôtre si elle applique cette politique – effectuent le paiement réglementaire à partir du produit dont le taux est le plus bas, car c’est généralement plus avantageux pour le client, et ce sans égard à l’échéance. Par exemple, entre un CPG à 2 % et un autre à 3 %, le montant sera prélevé sur celui à 2 %.

Ghislain Messier mentionne également que cette année, en raison de la pandémie, le gouvernement a accordé une réduction de 25 % des retraits obligatoires dans le FERR. Ces retraits varient en fonction de l’âge. En 2020 par exemple, il fallait retirer 5,28 % de son FEER si l’on avait 71 ans. Avec la réduction consentie par le gouvernement, le taux passe désormais à 3,96 %. Grâce à ce petit coup de pouce du fédéral, vous disposerez donc d’un plus grand montant d’argent qui pourra continuer à fructifier à l’abri de l’impôt.