/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: l'éclosion s'accélère à l'Établissement de détention de Trois-Rivières

Coup d'oeil sur cet article

Le ministère de la Sécurité publique a mis en place un plan de contingence à l'Établissement de détention de Trois-Rivières. Les mesures ont été resserrées pour freiner l'éclosion qui semble hors de contrôle depuis quelques jours. 

• À lire aussi: COVID-19: éclosion à la prison de Trois-Rivières

• À lire aussi: Mini-émeute à la prison de Hull en raison du confinement

Selon le plus récent bilan, neuf cas confirmés de COVID-19 ont été recensés à l'intérieur de la prison. Les personnes infectées sont cinq agents du service correctionnel, un gestionnaire et trois détenus. L'éclosion force le retrait de 25 employés. Mardi après-midi, un détenu infecté a dû être transporté au Centre hospitalier affilié universitaire (CHAUR) de Trois-Rivières pour recevoir des soins. Selon TVA Nouvelles, il aurait eu des complications à cause du virus.

La pression augmente à l'intérieur des murs du centre de détention puisque les mesures ont été resserrées et l'effectif de personnel est à son plus bas. Le Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec (SPASCQ-CSN) croit que le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS-MCQ) a trop tardé avant de déclarer l'établissement comme un lieu d'éclosion.

«En ce moment, le centre de détention de Trois-Rivières est le plus touché en province. Il y a aussi des cas au centre de détention de Hull. Puis, si je compare entre le CIUSSS-MCQ et le CISSS de l'Outaouais, à Trois-Rivières ç'a pris trois jours avant qu'ils se virent de bord! On s'entête pour des virgules, alors que la situation est préoccupante. Depuis vendredi, on répète auprès des autorités que les risques de contamination sont élevés», a souligné le président national, Mathieu Lavoie.

«On travaille en collaboration avec la direction de la santé publique régionale. Un plan de contingence a été mis en place et des mesures ont été ajoutées, et des activités ont été arrêtées. Par exemple, les cours académiques ont été arrêtés et le gymnase est maintenant fermé», a expliqué le directeur général adjoint du réseau correctionnel de l'Ouest-du-Québec à la Direction générale des services correctionnels du ministère de la Sécurité publique, Christian Thibeault.

66 cas confirmés au Séminaire Saint-Joseph

Les portes du Séminaire Saint-Joseph de Trois-Rivières sont officiellement fermées depuis mardi soir. Les élèves du 1er cycle devaient aller chercher leur matériel scolaire à 16 h mardi. L'établissement sera complètement désinfecté dans les prochains jours. Puis, l'enseignement se fera à domicile pour une semaine. Le plus récent bilan rapporte 66 cas confirmés au Séminaire Saint-Joseph.

STTR compte un 1er cas

Le Service de transport de Trois-Rivières (STTR) compte un premier employé infecté à la COVID-19. Il s'agit d'un chauffeur d'autobus qui a contracté le virus à l'extérieur de son travail. L'enquête épidémiologique a démontré que le chauffeur n'avait pas été en contact avec d'autres employés. Donc, aucune autre personne n'a dû être retirée. Puis la santé publique considère qu'aucun usager n'est à risque, puisque les mesures mises en place dans les autobus préviennent toute proximité entre les chauffeurs et les usagers.