/news/society
Navigation

La polémique à l'université d'Ottawa continue de faire réagir

Coup d'oeil sur cet article

Le débat sur l'utilisation de certains mots à l'université et sur le traitement réservé à une professeure d'Ottawa continue de faire réagir.  

• À lire aussi: Université d’Ottawa: Normand Brathwaite choqué

• À lire aussi: Professeure suspendue à l'Université d’Ottawa: François Legault s’inquiète d’un «dérapage important»

• À lire aussi: Professeure suspendue à l'Université d'Ottawa: Danielle McCann veut garder le dialogue ouvert

Le premier ministre Justin Trudeau a été interpellé à ce sujet à la Chambre des communes ce mercredi, mais il a refusé de se prononcer clairement et a plutôt dénoncé le racisme.

«Notre priorité, c'est toujours de mettre de l'avant les actions concrètes pour combattre le racisme sous toutes ses formes», a-t-il répondu à la question du chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet.

  • Écoutez la chronique de Sophie Durocher à QUB radio :

À Québec, le gouvernement prend la défense de la professeure d'université, qui a utilisé un mot raciste dans un contexte académique. On parle de dérapage, bien qu'on admette que la question soit sensible.

«Il faut pouvoir transmettre le savoir, aborder ces questions et prononcer ces mots, si on veut vraiment évoluer», croit la ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann.

Face au débat qui s'enflamme, le Parti québécois demande une commission spéciale transpartisane.

«Amenons les gens qui connaissent ça à la table rapidement. Faisons une politique, puis mettons-la en œuvre. À ce moment-là, on aura avancé, on n'aura pas juste témoigné nos sentiments», dit le chef du parti, Paul St-Pierre-Plamondon.

«Qu'on saisisse cette opportunité-là, mais qu'on le fasse dans le respect, non dans le lynchage. Il ne faut pas se "pitcher" des roches. Et aussi, il faut avoir une pluralité de voix», a fait savoir de son côté la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

À utiliser avec parcimonie

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse affirme que «le terme avec un N» peut être utilisé, mais avec parcimonie.

«Même dans un contexte académique, il est important de garder cela en perspective: est-ce vraiment nécessaire de l'utiliser pour mieux comprendre un sujet? Il faut vraiment contextualiser», a indiqué la vice-présidente de la Commission, Myrlande Pierre.