/news/health
Navigation

L’aînée qui avait attendu 100 heures sur une civière décède

Sa famille ne veut pas que le même sort soit réservé à d’autres gens âgés malades

gilberte-migneault
Photo courtoisie Marie-Ève Nadeau au chevet de sa grand-mère Gilberte Migneault, âgée de 96 ans.

Coup d'oeil sur cet article

Une aînée de 96 ans qui avait dû attendre quatre jours sur une civière avant d’être hospitalisée dans un hôpital de Longueuil il y a deux semaines est finalement décédée, laissant sa famille militer en sa mémoire.

« On ne veut pas que ça s’arrête là, des Gilberte il y en a partout au Québec », lance avec émotion sa petite-fille Marie-Ève Nadeau.

Sa grand-mère Gilberte Migneault s’est éteinte dans la nuit de lundi à mardi, souffrant notamment d’une pneumonie.

« Inacceptable »

Le sort réservé à l’aînée et ses proches a été qualifié de « totalement inacceptable » par le ministre de la Santé, Christian Dubé, au début octobre. Le Journal avait révélé que Mme Migneault attendait depuis 100 heures sur une civière de l’Hôpital Pierre-Boucher en attente d’une hospitalisation et sans visite de ses proches.

Elle s’était rendue à l’hôpital en ambulance, sur les conseils d’une travailleuse sociale, pour reprendre des forces. Sa santé avait été lourdement fragilisée par une chute, seule, chez elle. Elle ne pesait plus que 74 livres à ce moment selon ses proches.

Sa petite-fille estime que les jours passés dans le corridor de l’urgence n’ont pas aidé sa grand-mère déjà affaiblie, bien au contraire. Elle y aurait notamment contracté une pneumonie, selon sa petite-fille.

Grâce aux médias

À son chevet peu avant son décès, Marie-Ève raconte que sa grand-mère se disait chanceuse et émue d’avoir pu obtenir une chambre grâce à sa sortie dans les médias, mais elle se désolait du sort réservé aux aînés.

C’est d’ailleurs pourquoi sa petite-fille a lancé une pétition en ligne, recueillant déjà près de 4500 signatures, pour réclamer que les mesures sanitaires prises pour contrer la pandémie respectent les aînés et leurs proches.

« Il faut trouver un juste milieu », dit-elle, plaidant pour un meilleur accès des familles à leurs grands-parents, que ce soit dans un hôpital ou un CHSLD, par exemple.

Lors des premiers jours de Mme Migneault sur une civière, ses proches ne pouvaient notamment pas la visiter. 

La députée Catherine Fournier avait déploré à l’Assemblée nationale que des aînés vulnérables comme Mme Migneault se retrouvaient ainsi sans proche aidant.