/news/politics
Navigation

L'élection fédérale évitée pour l’instant

Coup d'oeil sur cet article

Aucune élection fédérale ne sera déclenchée pour l’instant puisque les élus du Nouveau Parti démocratique ont voté contre la motion qui était susceptible de faire tomber le gouvernement minoritaire de Justin Trudeau.

«On ne va pas donner aux libéraux une excuse pour déclencher des élections», a lancé mercredi le chef néo-démocrate Jagmeet Singh, quelques heures avant la tenue du vote clé.

La motion a ensuite été battue à 180 voix contre 146.

Les 24 députés du NPD ont voté contre l'initiative conservatrice qui se trouvait au cœur du bras de fer parlementaire. Les trois députés verts et les deux élus indépendants ont aussi uni leurs voix, assurant ainsi la survie du gouvernement.  

  •   Écoutez l'entrevue avec Erin O'Toole, chef du Parti conservateur du Canada à QUB radio :  

Les troupes de Justin Trudeau avaient décidé de considérer comme une question de confiance un vote sur une motion conservatrice visant la création d’un comité chargé de poursuivre les enquêtes sur l’affaire WE Charity.

Les libéraux faisaient valoir que le comité mis de l'avant aurait eu pour effet de paralyser le gouvernement et que le texte de la motion signalait une perte de confiance dans le parti au pouvoir.

«Les Canadiens doivent savoir que leur Parlement continue à travailler de façon constructive», a soutenu le premier ministre Justin Trudeau durant la période de questions.  

Aux yeux des conservateurs et bloquistes, qui ont voté pour la motion de mercredi, il ne fait aucun doute que les libéraux étaient plutôt motivés par une volonté d’étouffer la controverse WE Charity.

«Nous savons qu’il doit y avoir quelque chose de terriblement accablant [...] pour que les libéraux aillent aussi loin pour empêcher les Canadiens de savoir la vérité sur le traitement spécial accordé aux initiés», a pesté le chef conservateur Erin O’Toole.

  • Écoutez la chronique politique d'Emmanuelle Latraverse à QUB radio:   

Le leader parlementaire bloquiste, Alain Therrien, a abondé dans le même sens tout en vilipendant le NPD pour avoir voté avec les libéraux.

«Je suis très impressionné par la docilité de ce parti qui a décidé de donner son aval à la poursuite de l’exercice de copinage de ce gouvernement. [...] C’est leur chien de poche», a-t-il lancé.

Le chef néo-démocrate a pour sa part argué que son parti orientait toujours ses votes en fonction des Canadiens et non en fonction des menaces électorales brandies par les libéraux.  

  • Écoutez la chronique de Pierre Nantel avec Geneviève Pettersen à QUB radio