/entertainment/music
Navigation

Sept grandes voix pour la Journée mondiale de l’opéra

Jean-François Lapointe
Photo d'archives Jean-François Lapointe

Coup d'oeil sur cet article

Sept des plus grandes voix de l’art lyrique québécois seront réunies, dimanche, pour souligner la Journée mondiale de l’opéra. Elles chanteront de grands airs des opéras italiens et français.

On retrouvera les ténors Frédéric Antoun et Éric Laporte, les sopranos Karina Gauvin et Hélène Guilmette, le baryton Jean-François Lapointe, la contralto Marie-Nicole Lemieux et le baryton-basse Philippe Sly.

Ce gala sera présenté dimanche, en webdiffusion, à 15 h, sur la page Facebook de l’Opéra de Québec, sur son site web et sur sa chaîne YouTube. La diffusion sera gratuite et les gens sont invités à faire un don sur le site de l’Opéra de Québec.

Jean-François Lapointe et l’Opéra de Québec ont réussi un tour de force en réunissant ces chanteurs qui se produisent habituellement à l’échelle planétaire. Une rencontre qui aurait été difficile à faire sans l’existence de cette pandémie.

«Ça n’aurait pas été difficile. Ça aurait été impossible. La pandémie nous a offert une occasion qu’on n’aurait pas eue autrement», a lancé le baryton Jean-François Lapointe, directeur artistique de l’Opéra de Québec. 

Jean-François Lapointe connaît personnellement les six chanteurs qui se produiront dans la salle Louis-Fréchette du Grand Théâtre de Québec.

«Ce sont des collègues de travail depuis plusieurs années et ils ont eu à coeur, par amitié, d'aider et de soutenir l'Opéra de Québec et je leur en suis excessivement reconnaissant. C'est formidable», a-t-il dit.

Les sept chanteurs offriront des numéros en solo afin de respecter les règles de la Santé publique. Chaque artiste offrira un air en français et un autre en italien. Il y aura aussi un duo féminin et un duo masculin. 

Le chef Jean-Marie Zeitouni dirigera l’Orchestre symphonique de Québec. Le comédien Jean-Sébastien Ouellette fera les liens entre les différents numéros.

Bouleversements

Successeur de Grégoire Legendre, Jean-François Lapointe ne s’attendait pas à faire son entrée en poste dans les circonstances actuelles.

«C’est une pandémie mondiale qui bouleverse toutes nos habitudes et dans tous les domaines. On passe notre temps à faire des projets, les défaire, les refaire et les réinventer. C’est compliqué et complexe. La contrainte nous amène, parfois, à avoir de l’inventivité et à chercher des solutions ingénieuses», a-t-il fait remarquer.

Ce gala est une de ces initiatives. L’Opéra de Québec présentera, pour la première fois de son histoire, une diffusion numérique. Le gala aurait normalement été présenté devant 250 spectateurs, mais le passage en zone rouge a modifié à nouveau l’état des choses et provoqué cette diffusion en ligne.

«Il est important, pour l’Opéra de Québec, de demeurer présent dans la vie artistique de la ville de Québec», a-t-il dit.

Jean-François Lapointe jongle avec toutes sortes de scénarios en ce qui concerne la suite des choses. Les dons reçus pour le gala de dimanche vont être déterminants pour les prochaines initiatives. Il continue de bâtir des programmations pour les prochaines productions de l'Opéra de Québec et pour le Festival d'opéra qui se déroule au mois d'août.

«Ce sont des programmations qui sont à la merci des décisions de la Santé publique. Cette pandémie va finir un jour. Le problème est de savoir quand et il faut, d'ici là, être enthousiaste et présent», a-t-il laisser tomber, avec optimisme.

La santé financière de l'Opéra de Québec est en bonne condition. Il y a peu de revenus, mais il y a aussi peu de dépenses.

«On ne roule pas sur l'or, mais on n'a pas de déficit accumulé. On s'attend à ce que ça soit plus difficile, lorsque les choses vont repartir. Les gens vont peut-être être plus frileux de retourner dans les salles de spectacles. Il va y avoir des choses à apprivoiser», a fait remarquer le directeur artistique de l'Opéra de Québec.