/news/provincial
Navigation

Grand Marché: un rapport «caché» depuis 10 ans donnait une mauvaise note au site d’ExpoCité

Grand Marché: un rapport «caché» depuis 10 ans donnait une mauvaise note au site d’ExpoCité
PHOTO D'ARCHIVES

Coup d'oeil sur cet article

Jean-François Gosselin s’indigne des conclusions d’un rapport «caché», depuis 10 ans, qui recommandait le maintien du Marché du Vieux-Port à son emplacement de l'époque et classait le site d’ExpoCité au 7e rang sur 11 sites alternatifs étudiés.

• À lire aussi: Le patron du Grand Marché congédié

L’étude en question, réalisée par le Groupe IBI/DAA, spécialisé en aménagement et architecture, avait été commandée par la Ville de Québec en 2009.  

Payée 25 000$ à l’époque, elle n’a jamais été rendue publique dans son intégralité, même si ses conclusions générales avaient été dévoilées lors d’une séance du conseil municipal en décembre 2009 par Richard Côté, l’ancien bras droit de Régis Labeaume, qui a traversé dans le camp adverse et dirige aujourd’hui le cabinet de Québec 21.  

Grand Marché: un rapport «caché» depuis 10 ans donnait une mauvaise note au site d’ExpoCité
Photo courtoisie

Le chef de l’opposition officielle à l’hôtel de ville de Québec dit avoir multiplié les démarches depuis deux ans, via l’accès à l’information, pour en obtenir une copie, qu’on lui a finalement transmise à l’expiration du délai légal de dix ans. La Ville refusait auparavant de la partager. 

Un choix politique «douteux»

Jean-François Gosselin, qui a critiqué à maintes reprises le déménagement du Marché du Vieux-Port sur le site d’ExpoCité près du Centre Vidéotron, estime désormais avoir la preuve irréfutable entre les mains que l’implantation du Grand Marché, dont les problèmes de rentabilité sont connus, résulte d'un «choix politique douteux» de Régis Labeaume, qui a fait fi de la recommandation principale de ce rapport sorti des boules à mites.

«Le maire a choisi d’envoyer le Grand Marché à ExpoCité dans l’intérêt de qui? Visiblement, il n’a pas choisi le camp des citoyens et on en a la preuve aujourd’hui. C’est l’exemple parfait du manque de transparence de cette administration, qui prend des décisions qui vont à l’encontre du gros bon sens. Combien d’autres études sont tablettées si les conclusions ne font pas l’affaire du maire?» 

Parmi les 11 autres terrains municipaux étudiés à l’époque, celui de la Pointe-aux-Lièvres se classait au premier rang, devant le garage municipal sur Marie-de-l’Incarnation et le Centre communautaire Saint-Roch. Trois autres sites (3e Avenue, Pierre-Bertrand et parc Victoria) avaient obtenu une meilleure note qu’ExpoCité.  

Labeaume défend sa décision

L’administration Labeaume s’était rangée derrière les conclusions du rapport à l’époque et prévoyait rénover le Marché du Vieux-Port. Or, explique-t-on, les problèmes de contamination du site se sont toutefois avérés «trop importants par la suite». L’impossibilité d’agrandir le stationnement et les problèmes d’accès ont également pesé dans la balance.  

«Si la même grille d’analyse que celle de l’étude de 2009 avait été utilisée en 2015, le site d’ExpoCité aurait terminé au premier rang en raison des développements qu’il a connus entretemps. Avec les investissements réalisés et ceux qui pourraient s’ajouter sur le site ExpoCité et dans le voisinage, la solution du Grand Marché est supérieure et de loin, pour les décennies à venir», a répliqué le maire en fin d’après-midi 

Il a également accusé l’opposition de nuire aux marchands «en tentant de se faire du capital politique sur le dossier du Grand Marché.» 

Une autre étude, une autre conclusion

Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis la production du rapport externe de 2009. Rappelons qu’une autre étude plus contemporaine, produite en 2015 par un groupe de travail piloté par Daniel Gélinas, avait recommandé l’implantation d’un marché public sur le site d’ExpoCité. On connaît la suite. L'administration Labeaume a investi plus de 25 M$ dans le nouvel équipement municipal, qui a ouvert ses portes en juin 2019.  

Récemment, le directeur général de la Coopérative des horticulteurs, qui gère le Grand Marché, a été limogé. Le maire Labeaume a lui-même dit à plusieurs reprises sur la place publique qu'il n'était pas satisfait de la performance du Grand Marché depuis son ouverture.  

«Si j’étais maire de Québec demain matin, je débarquerais au Grand Marché pour un conseil d’administration d’urgence pour savoir ce qui s’est passé, ce qui se passe et quel est le plan de relance. Par la suite, je rendrais ce plan de relance public. Ça, ça serait du leadership contrairement à Régis Labeaume, qui a tenté de pousser la Coop des horticulteurs en-dessous de l’autobus», a critiqué le chef de Québec 21.  

«Le maire de Québec doit prendre l’entière responsabilité de ce qui arrive aujourd’hui et ne doit pas mettre la faute sur qui que ce soit d’autre», a-t-il ajouté en conférence de presse.  

Classement des sites municipaux étudiés en 2009  

  1. Marché du Vieux-Port (11 points)  
  2. Pointe-aux-Lièvres (6 points)   
  3. Garage municipal Marie-de-l’Incarnation (5 points)   
  4. Site communautaire Saint-Roch (5 points)   
  5. Stationnement municipal 3e Avenue (5 points)   
  6. Pierre-Bertrand (4 points)   
  7. Laurentien (parc Victoria) (4 points)   
  8. ExpoCité (2 points)  
  9. Canardière (0 point)   
  10. D’Estimauvile (0 point)   
  11. Mgr Plessis/Wilfrid-hHmel (- 4 points)   
  12. Robert-Bourassa (- 6 points)