/news/education
Navigation

Université d’Ottawa : Le maire de Gatineau ajoute sa voix aux critiques

Université d’Ottawa : Le maire de Gatineau ajoute sa voix aux critiques
Photo d'archives, Joel Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Le maire de Gatineau a fait une sortie publique mercredi soir pour dénoncer à son tour l’Université d’Ottawa qui a suspendu une professeure ayant utilisé le mot «nègre» dans l’un de ses cours.

Sur son compte Facebook, Maxime Pedneaud-Jobin, lui-même un ancien président de la Fédération étudiante de l’Université d’Ottawa, dit ne plus reconnaître son alma mater. Tout au long de son texte, le premier magistrat gatinois défend bec et ongle la liberté d’expression.

«Je ne peux pas concevoir qu’en 2020, nous devions nous mobiliser pour défendre la liberté d’expression [...] dans une classe où une prof fait exactement ce qu’elle doit faire: stimuler la réflexion de ses élèves sur des enjeux importants», a-t-il écrit.

Il va même plus loin en mentionnant que certaines phrases venant du recteur de l’université, Jacques Frémont, lui donnaient des frissons dans le dos.

«Un recteur cautionne l’idée qu’une opinion puisse être jugée non pas en fonction de son contenu, mais en fonction du groupe d’appartenance de la personne qui parle. [...] C’est une attaque contre la citoyenneté, contre la démocratie, [...] contre les principes même (sic) de l’éducation.»

  • Écouter la chronique de Sophie Durocher à QUB radio :