/news/coronavirus
Navigation

Vaccin: un volontaire meurt dans un essai clinique d'AstraZeneca

Vaccin: un volontaire meurt dans un essai clinique d'AstraZeneca
AFP

Coup d'oeil sur cet article

RIO DE JANEIRO | Un volontaire ayant participé aux tests du vaccin élaboré par l’université d’Oxford contre la COVID-19 est mort au Brésil, ont annoncé des sources officielles mercredi, sans préciser s’il avait reçu le vaccin ou un placébo. 

• À lire aussi - Vaccin contre la COVID-19: trop vite, trop haut, trop fort?

• À lire aussi - Johnson and Johnson veut rassurer après la suspension d'un essai clinique

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

Il s’agit du premier décès d’un volontaire prenant part aux tests d’un des nombreux essais de vaccin en cours dans le monde.

Mais Oxford a assuré que la phase 3 des tests de ce vaccin développé avec le laboratoire AstraZeneca allait se poursuivre, un comité indépendant ayant conclu qu’ils ne présentaient pas de risque pour la santé des volontaires.

« Après l’analyse de ce cas au Brésil, il n’y a eu aucune inquiétude quant à la sécurité de ces tests cliniques et le comité indépendant, ainsi que l’agence régulatrice brésilienne, ont recommandé la poursuite de ces tests », a expliqué l’université dans un communiqué.

AstraZeneca a dit ne « pas pouvoir commenter de cas individuels », mais « confirme que tous les protocoles ont été suivis ».

L’agence Bloomberg et le journal brésilien O Globo ont dit avoir obtenu la confirmation par des sources anonymes liées à ces tests que la victime avait reçu une dose de placébo et non du vaccin en cours d’élaboration.

Lors de ces tests en phase 3, la dernière avant l’homologation, un placébo est injecté à la moitié des volontaires, désignés comme « groupe de contrôle ».

Le Brésilien décédé a été identifié par plusieurs médias comme étant un médecin de 28 ans qui était en première ligne du combat contre la pandémie. Il serait mort de complications liées à la COVID-19. Il travaillait dans deux hôpitaux de Rio de Janeiro et avait été diplômé de la faculté de Médecine l’an dernier.

L’agence régulatrice brésilienne Anvisa a confirmé avoir été « notifiée de ce cas le 19 octobre » et avoir reçu le rapport de la commission indépendante.

En septembre, les tests du vaccin d’Oxford avaient été suspendus après l’apparition d’une « maladie potentiellement inexpliquée » chez un volontaire au Royaume-Uni. Mais le comité indépendant avait conclu qu’il ne s’agissait pas d’un effet secondaire lié au vaccin.

Quelque 20 000 volontaires ont pris part à ces tests dans plusieurs pays, dont 8 000 au Brésil, deuxième pays le plus touché par le virus, avec près de 155 000 morts.