/world/pacificasia
Navigation

Australie: la police enquête sur des soupçons de transfert d’argent dans l’affaire du cardinal Pell

Le cardinal George Pell
Photo AFP Le cardinal George Pell

Coup d'oeil sur cet article

La police australienne enquête sur une importante somme d’argent qui aurait été transférée en Australie par un rival du cardinal George Pell dans l’objectif de le faire condamner dans une affaire de pédophilie.

• À lire aussi: Le pape a reçu le cardinal George Pell, blanchi en Australie

• À lire aussi: Pédophilie dans l’Église australienne: George Pell savait dès les années 1970

• À lire aussi: Pédophilie: le cardinal australien Pell libéré, le Vatican salue son acquittement

Début octobre, un quotidien italien avait révélé que 700 000 euros auraient été transférés en Australie afin de rassembler des preuves contre l’ex-secrétaire à l’Économie du Vatican, finalement acquitté en avril.

Une porte-parole de la police fédérale a confirmé mercredi que des informations relatives à ces accusations ont été transmises à l’organisme de lutte contre la corruption de l’État de Victoria, où se situe Melbourne, la ville dont M. Pell a été archevêque.

Début octobre, le journal italien Corriere della Sera avait affirmé que Giovanni Angelo Becciu, un rival du cardinal australien au Vatican, serait à l’origine d’un complot visant à calomnier le cardinal australien.

L’article ne précisait cependant pas qui auraient été les bénéficiaires de ces éventuels versements.

La cardinal Becciu a fermement nié toute ingérence dans le procès du cardinal Pell.

Fin septembre, Mgr Becciu, qui était l’un des cardinaux les plus influents du Vatican, a été écarté par le pape François en raison de soupçons de «détournements de fonds» en faveur de sa famille.

Nicole Rosen, directrice générale d’AUSTRAC, le gendarme financier australien, a récemment confirmé, devant une commission sénatoriale à Canberra, que ses services se sont penchés sur cette affaire et ont fourni des informations à la police fédérale et à la police de l’État de Victoria.

La police a «entrepris l’examen» des informations qui leur ont été données par l’agence, a confirmé mercredi auprès de l’AFP une porte-parole de la police fédérale australienne.

L’ex-secrétaire à l’Économie du Saint-Siège, âgé de 79 ans, avait été déclaré coupable en décembre 2018 d’agressions sexuelles sur deux enfants de choeur en 1996 et 1997 dans la cathédrale de Melbourne dont il était l’archevêque.

En avril, le prélat, qui a toujours nié ces accusations, a été acquitté en appel par la plus haute juridiction d’Australie.

Le cardinal fait toujours l’objet d’une action au civil toujours face à une action civile intentée par le père d’un ancien enfant de choeur décédé en 2014.