/sports/racing
Navigation

Pour la première fois en 24 ans

Coup d'oeil sur cet article

Le grand cirque de la F1 s’installe en fin de semaine au Portugal pour la première fois en 24 ans.

Cette escale dans la magnifique région de Portimão, en Algarve, n’était pas inscrite au calendrier initial, mais en raison de la pandémie, les dirigeants de la F1 ont dû revoir leurs plans, tout en reportant à l’an prochain, on l’espère, cet audacieux projet d’organiser un record de 22 courses.

Au total, 13 épreuves ont été annulées, dont le Grand Prix du Canada, d’autres ont été repoussées, ce qui a réduit à 17 le nombre d’étapes au championnat du monde en 2020.

Le circuit de Portimão est l’un des deux tracés sur lesquels les monoplaces de F1 n’ont jamais roulé après le Mugello, en Italie, une course qui s’est avérée fertile en rebondissements le mois dernier.

Souvenir de Stroll en F3

La plupart des pilotes du plateau n’y ont jamais couru, quoique certains d’entre eux l’aient apprivoisé dans le passé à bord de monoplaces de développement.

C’est le cas de Lance Stroll qui, remis de la COVID-19, retrouvera le volant de sa Racing Point après avoir raté le Grand Prix de l’Eifel, en Allemagne.

« La première journée des essais libres [aujourd’hui] devrait nous permettre de savoir si nous sommes suffisamment rapides, a dit le Québécois. Ma dernière présence remonte à 2015 en F3 et je me souviens que le circuit était sinueux avec beaucoup de dénivelés.

« Le revêtement était bosselé à l’époque, mais il a été refait. Dans l’ensemble, ce sera un défi pour nous tous, en espérant que notre voiture sera compétitive. »

Sergio Pérez a lui aussi roulé à Portimão, mais c’était en 2009 au volant d’une GP2 (ex-F2).

« Ça fait déjà un bout de temps, de raconter le coéquipier de Stroll, et je n’ai que de vagues souvenirs. On vivra la même situation à Imola la semaine prochaine. Nous sommes au cœur d’une série de trois courses inconnues, ce qui nous arrive rarement, a-t-il enchaîné. Mais bon, cette situation pourrait être favorable à certaines équipes comme la nôtre. »