/news/society
Navigation

3500 places en garderies non subventionnées converties

Des parents de Québec, Montréal, l’Outaouais, Laval et la Montérégie pourront bientôt bénéficier du tarif à 8,35 $

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Catherine Rochon et Karl Blot envoient leurs deux bambins, Philippe et William, dans une garderie non subventionnée à Lévis, faute de places en centre de la petite enfance. Ils paient un total de 101 $ par jour.

Coup d'oeil sur cet article

Des milliers de places en garderies non subventionnées seront transformées en places à contribution réduite, de l’espoir pour des parents qui paient le gros prix en attendant de gagner à la «loterie» des places à 8,35 $.

Selon nos informations, le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, lancera vendredi un premier appel de projets pour convertir 1750 places non subventionnées en places à tarif unique, effectives à l’automne 2021. En tout, 3500 places seront converties d’ici deux ans.

  • Écoutez le journaliste Alexandre Dubé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Vous pourrez peut-être toucher le premier gros lot si vous habitez Québec, Montréal, l’Outaouais, Laval ou la Montérégie, des régions où le manque de places à contribution réduite est le plus criant.

Les garderies privées auront jusqu’au 15 janvier pour déposer une demande de conversion. Seuls les services de garde qui ont un permis depuis plus de cinq ans seront admissibles, selon nos sources.

Comme de nombreux parents au Québec, Karl Blot envoie ses deux bambins dans une garderie non subventionnée, faute de places en centre de la petite enfance (CPE).

Plus qu’une hypothèque

«Présentement, ça nous coûte, pour nos deux enfants, un total de 101 $ par jour, précise-t-il en entrevue. C’est un chèque de 2525 $ qu’on a fait pour le mois d’octobre. C’est plus cher que notre maison [...] ça coûte plus cher qu’une hypothèque!» 

Le crédit d’impôt pour les frais de garde ne lui rembourse que 1000 $ par mois. Pourtant, M. Blot est inscrit au guichet unique d’accès aux services de garde, La Place 0-5 ans, sans succès. 

«Je l’appelle la loterie, il faut être chanceux pour pouvoir avoir un appel», ironise-t-il.

Sa petite famille et lui aimeraient bien pouvoir bénéficier de places à 8,35 $ par jour. Si ce n’est pas le cas, il souhaite à tout le moins que le gouvernement bonifie le crédit d’impôt, qui n’a pas été majoré depuis plusieurs années.

Le résident du quartier Saint-Nicolas à Lévis, sur la Rive-Sud de Québec, ne pourra vraisemblablement pas voir sa garderie se transformer en établissement subventionné dans la prochaine année, puisqu’il n’habite pas les secteurs visés par la première vague de conversions.

Il aura cependant une chance pour la deuxième phase. Selon nos informations, le gouvernement prévoit lancer un second appel de projets pour convertir 1750 places non subventionnées supplémentaires, plus tard en 2021. Sept régions seront ciblées.


C’est la première fois depuis la création des CPE en 1997 que des places non subventionnées seront converties en places à contribution réduite.

Pas moins de 46 000 enfants sont en attente d’avoir accès au réseau des services de garde éducatifs.

En résumé   

  • Au total, 3500 places non subventionnées seront converties en places à 8,35 $ d’ici deux ans     
  • Un premier appel de projets sera lancé aujourd’hui pour convertir 1750 places, qui seront effectives à l’automne 2021     
  • Un deuxième appel de projets pour convertir 1750 places supplémentaires devrait être lancé plus tard en 2021     
  • Seuls les services de garde qui ont un permis depuis plus de cinq ans seront admissibles