/world/america
Navigation

Colombie: manifestation d’indigènes contre le gouvernement à l’aéroport de Bogota

Colombie: manifestation d’indigènes contre le gouvernement à l’aéroport de Bogota
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs dizaines d’indigènes colombiens ont manifesté jeudi à l’aéroport de Bogota, au son de tambours et de flûtes, contre le gouvernement et la violence dont ils sont victimes sur leurs terres.

En costumes traditionnels, des membres des ethnies Misak, Pijao et Nasa ont manifesté dans l’enceinte de l’aéroport et aux alentours, au lendemain d’une journée de mobilisation contre le gouvernement de droite du président Ivan Duque qui a rassemblé des milliers de personnes.

Colombie: manifestation d’indigènes contre le gouvernement à l’aéroport de Bogota
Photo AFP

« Ce que nous voulons, c’est changer la manière de gouverner dans notre pays », a déclaré à l’AFP Edgar Velasco, secrétaire du Mouvement des autorités indigènes du sud-ouest.

La manifestation n’a pas perturbé le fonctionnement de l’aéroport, a indiqué son service de presse.

Depuis le 10 octobre, les indigènes - qui représentent 4,4% des 50 millions d’habitants du pays et sont les plus touchés par la pauvreté (59,6%) - demandent à rencontrer personnellement le chef de l’État et se sont déplacés jusqu’à Bogota suite à son refus.

Colombie: manifestation d’indigènes contre le gouvernement à l’aéroport de Bogota
Photo AFP

Ils dénoncent le regain de la violence dans des régions reculées du pays, depuis l’accord de paix de 2016 avec la guérilla marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc).

« Nous devons dire ce qui se passe dans nos territoires, que de nombreux leaders sociaux ont été assassinés cette année, de nombreuses personnes qui croyaient au processus de paix, nous voulons que le sang arrête de couler », ont expliqué jeudi des représentants indigènes dans un communiqué.

Selon eux, quelque 313 autochtones ont été assassinés au cours du mandat de M. Duque, au pouvoir depuis août 2018.

Outre l’application de l’accord de paix, ils réclament également d’être consultés sur la mise en oeuvre de grands projets sur leurs terres, et des garanties pour les populations les plus affectées par la pandémie de coronavirus.