/sports/soccer/impact
Navigation

Impact : une pause salvatrice

Impact : une pause salvatrice
Photo Agence QMI, Dominick Gravel

Coup d'oeil sur cet article

Pour la première fois depuis la fin du mois de septembre, l’Impact a pu revenir passer quelques jours à Montréal, ce qui a fait un grand bien à tout le monde.

« C’est surtout une question de se recharger mentalement parce que quand l’esprit va bien, le corps suit », a soutenu Thierry Henry.

Romell Quioto, qui s’est efforcé de répondre en anglais avant de poursuivre en espagnol, assure que la pause a été bénéfique pour ses coéquipiers et lui.

« Ç’a fait du bien à tout le monde d’avoir quelques jours de repos. Maintenant, l’équipe se porte bien physiquement et mentalement. » 

Ne rien faire

On l’a dit, c’est d’abord sur le plan mental que ce bref passage à Montréal a fait du bien à l’équipe parce qu’autrement, il n’a pas tellement aidé sur le plan du travail.

« Nous étions en quarantaine, nous n’avons rien fait, a insisté Thierry Henry. On pense beaucoup et on travaille sur certains trucs, mais on ne va pas sur le terrain. »

L’entraîneur-chef a tout de même reconnu que le dernier passage à la maison avait eu un bon effet sur l’équipe.

« La dernière fois, quand on est revenus, on a eu un bon match contre Chicago [nul] et Columbus [victoire]. Mais on a aussi bien terminé la séquence contre Miami alors qu’on était très fatigués. »

Il espère donc que ses hommes vont poursuivre sur leur erre d’aller contre New York samedi soir.

Séparés

Ce n’est toutefois pas toute l’équipe qui est rentrée à Montréal, quelques joueurs sont restés dans le New Jersey.

« Des joueurs sont restés ici pour se faire soigner parce que ce n’était pas possible à Montréal », a précisé Henry.

D’ailleurs, il commence tranquillement à retrouver des soldats puisque Anthony Jackson-Hamel est de retour. Orji Okwonkwo et Emanuel Maciel semblent être les prochains à être sur le chemin du retour, et il n’est pas impossible que l’un ou l’autre ou même les deux soient disponibles pour la rencontre de samedi soir ou bien celle de mardi, à Nashville.

Henry a d’ailleurs salué l’ardeur au travail de ses joueurs qui évoluent dans un contexte particulièrement difficile cette année.

« C’est dans l’adversité qu’on juge un athlète et une personne. »