/lifestyle/columnists
Navigation

Peut-on être soi-même sans être jugée?

Coup d'oeil sur cet article

Il m’est arrivé de lire dans votre chronique les commentaires de gens qui, refusant d’imiter le comportement des autres pour ne pas se fondre dans la masse, se font écarter par leur entourage. Une femme entre autres, qui vous disait à quel point elle se sentait ostracisée parce qu’elle détestait les familiarités, en particulier les sessions de bécotages sur les joues quand on entre en contact avec des proches ou des membres de notre famille.

Ça débouchait dans son cas par du rejet et un sentiment de malaise face à son conjoint qui la couvrait de compliments et de mots doux et la serrait contre lui à tous propos. Incapable de lui rendre la pareille, sa propre froideur la mettait mal à l’aise et lui donnait le sentiment de ne pas être à la hauteur.

Dans votre réponse vous lui donniez des moyens pour apprendre à s’assouplir et manifester un peu plus ses émotions. Et je n’ai pas compris le but que vous poursuiviez avec de tels propos. Pourquoi ne lui avez-vous pas dit qu’elle avait le droit de ne pas être comme son mari ? Que sans gêne et sans honte elle pouvait ne pas se fondre dans la masse en bécotant tout le monde à tout propos. Heureusement qu’il y a eu la COVID pour lui donner raison en quelque sorte.

Est-ce qu’on ne clame pas sur tous les toits depuis quelques annéesde « s’accepter tel qu’on est » ? Est-ce qu’il n’est pas de la plus haute importance de rester soi-même en tout temps ? De ne pas essayer d’imiter quelqu’un qu’on n’est pas ?

J’aurais aimé que tu lui dises ça Louise, bien simplement. Pas que tu marches ainsi aveuglément dans les ornières de tous les suiveuxet les suiveuses de la terre. Tout monde n’est pas fait pareil bondieu !

Fière d’être comme je suis

Vous êtes comme vous êtes et fière de l’être et c’est tant mieux ! Mais tout le monde n’est pas à votre image. Cette personne se sentait justement mal à l’aise d’être aussi froide et distante, en particulier envers son mari, qui le lui reprochait d’ailleurs. C’est elle qui me demandait de lui donner des trucs ou de la mettre sur des pistes, non pas pour devenir tendre comme lui, elle savait qu’elle n’y arriverait jamais, mais pour apprendre à faire quelques pas dans sa direction afin d’améliorer sa relation. Certains se murent dans leurs certitudes, alors que d’autres sont ouverts au changement voyez-vous !