/finance/business
Navigation

Un circuit électrique qui mène jusqu’à Amazon

Les données des bornes sont hébergées par le géant

Bornes de recharge électrique
Photo Pierre-Paul Poulin Les bornes de recharges rapides, comme celles-ci, coûtent 11,78 $ l’heure (taxes incluses) et sont facturées à la minute.

Coup d'oeil sur cet article

Numéros de cartes de crédit, noms, courriels, téléphones, modèles de voiture... les données du réseau de bornes du Circuit électrique d’Hydro-Québec sont hébergées sur les serveurs d’Amazon.

« Les données du Circuit électrique sont hébergées par Amazon Web Services [AWS] au Canada », a indiqué au Journal le porte-parole d’Hydro-Québec, Louis-Olivier Batty.

C’est la filiale d’Hydro-Québec, AXSO, qui a fait ce choix, a souligné la société d’État, qui assure que « des exigences de sécurités élevées » sont respectées.

« C’est sûr que l’on aurait aimé trouver un fournisseur québécois, mais il n’y en avait pas qui nous offrait la même qualité de services et de prix. AWS avait le meilleur rapport qualité-prix », a-t-il expliqué, en précisant que le montant du contrat est « une donnée commerciale confidentielle ». 

« Aucune fuite »

Au passage, Hydro-Québec a assuré que les données des électromobilistes québécois sont en sécurité et que leurs informations sont bien protégées.

« À notre connaissance, il n’y a eu aucune fuite de données du Circuit électrique. Hydro-Québec prend très au sérieux la confidentialité des données et nous avons des exigences très élevées », a souligné Louis-Olivier Batty. 

Jeudi, le PDG d’EVA Technologies, Éric Parent, a salué le fait que les données soient hébergées ici, mais a regretté qu’on ait choisi une entreprise étrangère.

« Au moins, les données sont au pays. Hydro-Québec aurait pu se tourner vers une compagnie sécuritaire d’ici par contre », a analysé l’expert sécurité.

Selon lui, l’État québécois aurait avantage à héberger lui-même ses données. « Pourquoi n’a-t-on pas notre propre structure infonuagique ? On donne de l’argent à des compagnies américaines », a-t-il soupiré.

De son côté, l’ex-officier de sécurité informatique au ministère de la Défense nationale, Steve Waterhouse, a fait valoir l’expertise infonuagique d’Amazon.

« Je suis pour encourager l’économie locale, mais à compétences égales, Hydro-Québec ne veut pas perdre son nom parce que l’entreprise locale n’a peut-être pas autant de ressources que le géant implanté ici », a-t-il conclu.

Le réseau de bornes du Circuit électrique a été inauguré en 2012. Il propose la charge de 240 volts à 400 volts à la grandeur de la province. Ses partenaires fondateurs sont RONA, Metro, Saint-Hubert et EXO.