/investigations/truth
Navigation

COVID-19: Le Québec n’a pas le pire bilan

Periode des questions
Photos d’archives Simon Clark et Pierre-Paul Poulin La cheffe du PLQ, Dominique Anglade, et le premier ministre du Québec, François Legault.

Coup d'oeil sur cet article

Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : les recherchistes de notre Bureau d’enquête, basées à Montréal, Québec et Ottawa, se spécialisent dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, elles vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine.


 

L’ÉNONCÉ

Lorsque la cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, a déploré cette semaine que le Québec était « le pire » lors des deux vagues du coronavirus, le premier ministre, François Legault, s’est défendu en affirmant : « Je corrige encore la cheffe de l’opposition officielle. Quand on regarde tous les États [...] dans le nord-est de l’Amérique du Nord, ils ont tous, tous les États, un bilan qui est pire que celui du Québec. Il y a une exception, c’est l’Ontario. » 

LES FAITS 

Si on compare le Québec aux autres provinces canadiennes, Mme Anglade a raison d’affirmer que le Québec est le pire. De son côté, en « corrigeant » Dominique Anglade, le premier ministre a oublié ou omis les bilans de quatre provinces du nord-est : le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse, l’Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador.

En effet, ces provinces ont, comme l’Ontario, un bilan beaucoup moins lourd que celui du Québec en termes de taux de transmission, de décès, d’hospitalisations et de nombre de cas de COVID-19.

Il faut toutefois mentionner que le Québec n’a pas les mêmes caractéristiques démographiques que les provinces maritimes, qui n’ont pas de centre urbain aussi important que Montréal et que plusieurs autres grandes villes du nord-est des États-Unis. 

Les chiffres de la semaine : 1603

C’est l’augmentation du nombre d’infirmières en emploi au Québec en 2019-2020. Cela représente une croissance de 2,2 %, soit le taux le plus élevé depuis 20 ans. 

L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) a publié cette semaine son portrait de l’effectif infirmier. On compte 73 090 membres qui ont déclaré exercer cette profession dans la province au 31 mars 2020. Certaines régions ont même enregistré une hausse de l’effectif plus importante, comme Laval (4,6 %), les Laurentides (3,4 %) et Montréal (2,9 %). 

On note aussi deux nombres records en 2019-2020 : 4153 nouveaux membres et 1260 retours à la profession parmi toutes les inscriptions au Tableau de l’Ordre, incluant les personnes qui ne pratiquent pas.  

L’OIIQ remarque d’ailleurs qu’à la fin du mois de mars, une centaine d’infirmières se sont réinscrites pour aider à lutter contre la pandémie, et que cette tendance « s’est maintenue, voire accrue » en 2020-2021. 

— Sarah Daoust-Braun