/opinion/columnists
Navigation

Écraser la vague

Coup d'oeil sur cet article

Émergeant du plus sévère confinement sur la planète, Melbourne, en Australie, pourrait passer à l’histoire pour avoir littéralement écrasé la deuxième vague.

Au Québec, le premier ministre Legault disait jeudi qu’il n’était pas question d’assouplir les règles sanitaires, avec la multiplication des cas qui demeure trop élevée.  

Certains doutent du succès des mesures de confinement, et le gouvernement essuie de nombreuses critiques. Les restaurateurs ont notamment réclamé la réouverture des salles à manger. 

Personne n’est heureux d’un confinement. Pas plus les citoyens que les membres du gouvernement, qui n’ont aucune raison de se réjouir de telles directives impopulaires, mais qui doivent prendre leurs responsabilités. 

Or, signe que le confinement fonctionne, des endroits qui sont allés encore plus loin que le Québec obtiennent des résultats surprenants.  

Mesures très sévères 

C’est le cas à Melbourne, ville de cinq millions d’habitants qui, après 100 jours de confinement très sévère, ne compte à peu près plus de nouveaux cas de coronavirus, et moins d’une centaine de cas toujours actifs. 

Certes, le confinement, qui a débuté en juillet, s’y est avéré long et dur. En plus des écoles, garderies, salles à manger des restaurants, magasins et gyms qui sont toujours fermés, les gens se sont vu imposer un couvre-feu, lequel est maintenant levé.  

Au plus fort des mesures, il n’était possible d’aller à l’extérieur que pour une heure, pour faire du sport. Les amendes en cas de non-respect étaient par ailleurs très élevées, s’élevant à plus de 5300 $ CAN pour la participation à un rassemblement illégal.  

Mêmes débats 

Évidemment, les mêmes débats qu’ici ont fait rage par rapport au coût social et économique. On verra comment la situation évoluera à Melbourne avec le relâchement graduel des mesures.  

Néanmoins, cet exemple, et celui de bien d’autres pays qui voient une recrudescence inquiétante du nombre d’infections, démontrent que les Québécois doivent continuer de prendre leur mal en patience.