/sports/opinion/columnists
Navigation

Les puissances fourbissent leurs armes

FBN-SPO-NEW-ENGLAND-PATRIOTS-VMIAMI-DOLPHINS
Photo AFP Après un court passage chez les Patriots, Antonio Brown renouera avec Tom Brady.

Coup d'oeil sur cet article

Quand le Super Bowl est dans la ligne de mire, les équipes qui figurent parmi les plus sérieux candidats pour mettre la main sur le gros trophée n’hésitent pas à ajouter des munitions à leurs effectifs. Déjà, les Chiefs, Ravens et Buccaneers ont lancé les hostilités en ce sens.

La date limite des échanges approche à grands pas, le 3 novembre. S’il fut un temps où les 32 équipes craignaient les trocs et autres mouvements de personnel au plus haut point en milieu de saison, elles n’hésitent plus maintenant à appuyer sur la détente.

Les dernières années ont montré que le marché des vendeurs et acheteurs est plus actif qu’il ne l’a jamais été auparavant. La saison passée, 13 échanges avaient déjà été effectués avant la journée limite.

La nouvelle vague de directeurs généraux semble se dissocier de leurs prédécesseurs, qui misaient avant tout sur le marché des agents libres en mars pour compléter leur noyau.

Cette semaine, les Ravens ont été les premiers à concocter une transaction d’importance quand ils ont mis la main sur l’ailier défensif Yannick Ngakoue.

Ngakoue retrouvera ainsi son ancien compère Calais Campbell pour reformer le duo qui a fait la pluie et le beau temps avec les Jaguars.

Les Ravens sont déjà dominants au chapitre des sacs du quart avec 22, ce qui leur vaut le deuxième rang. Plusieurs de ces sacs proviennent du blitz et en ajoutant un joueur du calibre de Ngakoue, la pression pourra se faire sans même recourir à cette tactique. Ngakoue fait partie d’un groupe de seulement quatre joueurs cette saison qui revendique cinq sacs et deux échappés forcés. Les riches deviennent donc plus riches. 

Bell en renfort

Dans le cas des Chiefs, il ne s’agit pas d’une transaction à proprement parler, puisqu’ils ont ramassé le porteur de ballon Le’Veon Bell dans la rue, libéré par les Jets. 

Clyde Edwards-Helaire demeurera le partant, mais l’entraîneur-chef Andy Reid saura utiliser Bell à toutes les sauces dans son attaque multidimensionnelle. Si Edwards-Helaire devait se blesser, Bell assurerait aussi une belle profondeur.

Antonio Brown à Tampa

Vendredi soir, les Buccaneers ont fait grand bruit en donnant un contrat d’un an au mercuriel receveur Antonio Brown. Il pourra revenir au jeu au terme de sa suspension, à la semaine 9.

Dans son cas, le talent ne fait aucun doute, mais à quel point Tom Brady a encore besoin d’armes ? Il est permis de se demander s’il n’a pas imposé son désir de renouer avec Brown.

Pas plus tard qu’en mars dernier, l’entraîneur-chef Bruce Arians disait ceci de Brown : « Je le connais bien et il ne cadre pas dans ce vestiaire. »

Pourquoi ce changement d’idée soudain ? Dans les dernières années, Brown a été impliqué dans toutes sortes d’histoires douteuses hors du terrain. Il a fait l’impossible pour être largué par les Steelers, les Raiders et les Patriots. Son talent fou lui vaut une énième chance.

Les Buccaneers avaient déjà tout misé sur cette année. Reste à voir si cette gourmandise excessive deviendra leur péché capital. 

5 points à surveiller

1. Choc d’équipes invaincues

Le duel opposant les Steelers aux Titans sera le huitième seulement dans l’histoire qui mettra aux prises deux équipes avec des fiches parfaites après au moins cinq matchs. Le dernier duel du genre a eu lieu il y a cinq ans, entre Packers (6-0) et Broncos (6-0). Les sept premiers chocs entre équipes présentant des dossiers de 5-0 ou mieux ont été généralement serrés, avec des écarts moyens de 7,9 points.

2. Jeunes loups

Les recrues jouent à un niveau élevé cette saison, notamment chez les receveurs. Quatre ailiers espacés de première année ont déjà accumulé au moins 300 verges, soit Justin Jefferson (537 verges avec les Vikings), CeeDee Lamb (497 verges avec les Cowboys), Tee Higgins (339 verges avec les Bengals) et Chase Claypool (335 verges avec les Steelers). Il s’agit du plus haut total après six semaines, à égalité avec les cuvées recrues de 2013 et de 1986. 

3. Burrow et Herbert

Parlant de jeunes loups, les quarts-arrières recrues ne sont pas en reste. Même si les Bengals en arrachent, leur pivot Joe Burrow compte déjà quatre matchs de 300 verges ou plus. Dans l’histoire, seuls Kyler Murray (5), Daniel Jones (5) et Andrew Luck (6) en comptent davantage, dans une saison complète. Quant à Justin Herbert, des Chargers, il tentera de devenir le seul quart recrue après Deshaun Watson en 2017 à connaître trois matchs de suite avec au moins trois passes de touchés.

4. Les convertis de 2 points

Les entraîneurs sortent de plus en plus du livre en optant pour des convertis de deux points. La tendance est particulièrement marquée cette saison. En 92 matchs, pas moins de 58 tentatives ont été effectuées. À ce rythme, 161 convertis de deux points auront été tentés au terme de la saison. La saison dernière, il y a eu 113 tentatives. Selon l’AP, il n’y a jamais eu autant de convertis de deux points après six semaines, depuis que ceux-ci ont été instaurés en 1994. 

5. Que de souvenirs...

Dans le match opposant les Buccaneers aux Raiders, deux vieux routiers se retrouveront. Le pilote des Raiders, Jon Gruden, ainsi que le quart-arrière des Bucs, Tom Brady, avaient été des acteurs clés d’un duel mémorable en séries entre Patriots et Raiders, le 19 janvier 2002. C’est le fameux match du « Tuck Rule », qui a en quelque sorte constitué le début de la dynastie de Brady et des Patriots!