/weekend
Navigation

Trespass: Genesis prend son envol

Genesis_002.jpg
Photo d'archives, Getty Images

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir connu un échec avec son premier disque, Genesis a décidé d’explorer et de faire à sa tête. Lancé 17 mois plus tard, l’album Trespass, qui fête ses 50 ans, allait permettre à la formation britannique de devenir un des groupes phares du mouvement rock-progressif. 

Les pièces sont devenues plus longues et plus aventureuses. Looking For Someone, le titre qui ouvre l’album, dévoilait ses nouvelles couleurs musicales. The Knife, avec ses neuf minutes, allait devenir une des préférées des amateurs en spectacle.

Genesis_002.jpg
Photo courtoisie

Lancé le 23 octobre 1970, Trespass est le premier disque de Genesis sur l’étiquette Charisma. L’album a été numéro un en Belgique et il a atteint la 98e position sur le palmarès du Royaume-Uni.

Après l’échec de From Genesis to Revelation, Tony Banks, Peter Gabriel, Anthony Phillips et Mike Rutherford délaissent les chansons pop pour des musiques plus élaborées.

Les six pièces de l’album Trespass ont pris forme à l’automne et à l’hiver 1960 dans le chalet Christmas Cottage qui était la propriété de la famille du musicien Richard Macphail qui était le directeur de tournée de Genesis. Le chalet était situé près de la ville de Dorking, en Angleterre.

«Ce fut une période formatrice et plutôt enjouée, dans cet environnement confiné, une réunion de personnes qui avaient des idées très arrêtées sur le plan musical. Les discussions étaient incessantes et il fallait se défendre bec et ongle pour imposer son point de vue. Mais ce fut également une période très créative. Environ six mois plus tard, nous en sommes sortis avec un genre bien à nous, un territoire où planter notre drapeau musical. Ce fut le point de départ de notre véritable existence en tant que groupe», raconte le bassiste Mike Rutherford, dans le livre Genesis, toute l’aventure.

Nouvelle direction

Cette direction musicale avait commencé à voir le jour dans la cuisine des parents d’Anthony Phillips, où Mike Rutherford et le guitariste ont commencé à écrire des pièces avec des guitares acoustiques douze cordes. Les premières versions de Dusk, Stagnation et White Mountain ont pris forme à cet endroit.

«Stagnation est sans doute le meilleur morceau de l’album, car il montre notre évolution. J’aime beaucoup cette absence de répétitions : nous passions d’une séquence à l’autre après l’avoir développée, sans y revenir, ce qui est devenu notre marque de fabrique, un genre de narration musicale. La longue séquence instrumentale à la fin de Looking For Someone annonçait ce qui devait se produire dans nos futurs disques», a expliqué le claviériste Tony Banks dans cet ouvrage publié en 2007. 

Rutherford et Phillips créaient ensemble. Tony Banks et Peter Gabriel faisaient de même de leur côté.

L’opus de 43 minutes a été enregistré sur une console 16 pistes au studio Trident à Londres en juin et juillet 1970.

Les nombreux concerts, le changement de direction musicale et la présence de plusieurs compositeurs au sein d’une même unité ont amené Anthony Phillips à quitter le groupe après l’enregistrement de Trespass. Il sera remplacé par Mick Barnard, pour une trentaine de concerts, avant l’arrivée de Steve Hackett.

Victime de ses talents limités et peu impliqué, le batteur John Mayhew sera congédié et ouvrira la porte à Phil Collins qui s’installera derrière la batterie.  

Les explorations musicales, poursuivies par Banks, Collins, Gabriel, Hackett et Rutherford, mèneront à une période de créativité foisonnante avec les albums Nursery Cryme, Foxtrot et Selling England by the Pound.