/weekend
Navigation

Un effrayant retour à la terre

WE 1024 Littérature jeunesse
Photo courtoisie Les enfants de la terre
Marie de Paula e Silva
KATA éditeur
150 pages, dès 12 ans

Coup d'oeil sur cet article

Effectuons un voyage dans le futur, précisément en 2027. La ville de Montréal – comme toutes les villes du monde – est dévastée par une pandémie, un virus qui tue des milliards de personnes. Marius, un ado qui vient de perdre ses parents, réalise qu’il doit quitter la ville. En trouvant refuge au cœur de la forêt, il espère survivre plus longtemps. Cependant, Marius et une poignée de survivants sont loin d’être les seuls à se cacher dans la nature...

Une pandémie qui fait des ravages aux quatre coins de la planète. Oui, l’intrigue de ce bouquin se rapproche grandement de la situation actuelle, mais sous ses apparences de thriller apocalyptique se cache un récit rassurant et original. Qualifié de roman jeunesse « écolo-sci-fi », l’ouvrage Les enfants de la terre offre un nouveau genre littéraire franchement rafraîchissant. D’ailleurs, la mission de KATA éditeur, une nouvelle maison d’édition jeunesse québécoise, est d’offrir des outils aux jeunes pour les aider et les guider à construire un monde meilleur, autant sur le plan écologique que sociologique. Sincèrement, tout le monde a besoin d’une lecture comme celle-ci par les temps qui courent !

Le cycle de la terre

Le lecteur ressentira un sentiment de panique, voire d’urgence, tout au long de ce roman. Marius, le jeune héros du récit, ne peut se fier qu’à lui-même pour tenter de survivre dans cette éprouvante période de vie. Puis, petit à petit, on le voit s’ouvrir un peu, d’abord à une petite famille de survivants, comme lui, et ensuite à une nouvelle amie, Ava. Cette dernière est une habitante du « peuple de la forêt »... Plus Marius s’attache à Ava, plus il s’éloigne des siens. La jeune fille lui apprend comment respecter la terre et les animaux. Elle semble tout connaître... Mais qui est-elle, vraiment ?

Les enfants de la terre est un roman captivant et surprenant, rempli de mots aux images aussi douces que frappantes et de réflexions sur l’humanité, puis sur notre rapport à la nature. Une belle découverte en ces temps de pandémie. 

À LIRE AUSSI 

En quête d’un meilleur ami

Alexandra Larochelle et Louis Patalano<br/>
Éditions Michel Quintin<br/>
240 pages, dès 13 ans
Photo courtoisie
Alexandra Larochelle et Louis Patalano
Éditions Michel Quintin
240 pages, dès 13 ans

On ne peut qu’aimer l’écriture dynamique d’Alexandra Larochelle ! Et ce nouveau roman, écrit avec l’auteur Louis Patalano, est un réel délice. C’est une lecture légère qui présente des personnages attachants et authentiques. Ne cherchez plus qui sont les meilleurs amis du monde : c’est Azalée et Théo ! Azalée a dépensé une petite fortune pour s’acheter une splendide robe pour la danse du solstice d’été. Mais voilà que Théo a un chum, ce qui veut dire qu’il ne pourra pas l’accompagner à la danse comme convenu. L’adolescente est anéantie, mais son ami lui promet de l’aider à rencontrer quelqu’un à son tour...

Trois fois

Patrick Isabelle<br/>
Leméac Jeunesse<br/>
290 pages, dès 14 ans
Photo courtoisie
Patrick Isabelle
Leméac Jeunesse
290 pages, dès 14 ans

Bouleversante, mais essentielle. Voilà comment décrire cette lecture. Initialement, ce récit a été présenté en trois volets : Eux (2014), Nous (2016) et Lui (2017). Les intégrer dans un même recueil se voulait un incontournable. Dans la première partie (Eux), on fait la rencontre d’un adolescent sensible, intimidé par ses camarades de classe, qui en vient à commettre un geste irréparable. On le retrouve ensuite (dans Nous), alors qu’il doit vivre avec les conséquences de son geste. Au final (dans Lui), on voit à quel point la violence physique et psychologique a des répercussions catastrophiques. Le cœur serré, la larme à l’œil : c’est aussi ça, Eux Nous Lui.

Le choix de la mort

Diana Urban<br/>
Albin Michel Jeunesse<br/>
482 pages, dès 13 ans
Photo courtoisie
Diana Urban
Albin Michel Jeunesse
482 pages, dès 13 ans

Un autre roman à saveur de suspense, en cette période de l’Halloween ! Six adolescents sont invités à une soirée pour célébrer l’obtention d’une bourse d’études. Une fois sur place, Amber, Robbie, Diego, Sasha, Priya et Scott se retrouvent prisonniers d’une pièce où se trouve une bombe à retardement ! Une note leur indique qu’ils doivent sélectionner une personne parmi eux qui doit mourir. S’ils sont incapables de se décider en 60 minutes, ils vont tous mourir. Les nombreux flash-back de l’histoire nous mènent petit à petit à découvrir qui se cache derrière cette mise en scène. Un bon divertissement au dénouement plus complexe et sérieux qu’on pourrait le penser... 

Un récit exceptionnel

Larry Tremblay<br/>
illustrations de Pierre Lecrenier<br/>
Les Éditions de la Bagnole<br/>
96 pages, dès 12 ans
Photo courtoisie
Larry Tremblay
illustrations de Pierre Lecrenier
Les Éditions de la Bagnole
96 pages, dès 12 ans

La quête identitaire est un sujet qui revient fréquemment en littérature jeunesse. Et voilà que Larry Tremblay, à travers cette bande dessinée, parvient avec brio à aborder cette thématique d’une façon tout à fait inattendue, voire quasi effrayante ! Jérémy le cache bien, mais il s’ennuie énormément de son père, un travailleur humanitaire toujours absent. En fait, l’ado cache sa tristesse derrière beaucoup de rage. Le lendemain de son anniversaire, la mère de Jérémy le retrouve dans son lit... et son visage a complètement disparu. Les histoires d’épouvante et de zombies dont raffole l’ado auraient-elles pris forme ? Cet ouvrage est simplement fantastique.