/opinion/columnists
Navigation

CONFONDUS-DUS-DUS-DUS!

CONFONDUS-DUS-DUS-DUS!

Coup d'oeil sur cet article

Nous croiront-ils nos petits enfants lorsque nous leur raconterons qu’une année (1986), Wayne Gretzky le magnifique a terminé la campagne avec 215 points. Que trois ans plus tôt, il avait compté 92 buts (en une saison). Il était tellement dominant qu’à sa retraite, en 99, toutes les équipes de la NHL ont décidé de retirer le numéro 99.

Ils sourcilleront ou feront la moue lorsqu’on leur dira que jamais personne n’égalera la marque de Henri Richard gagnant de 11 coupes Stanley. Même Yvan Cournoyer avec 10 n’est pas en danger. 

Et que dire de Toe Blake avec ses 3 coupes comme joueur et 7 autres derrière le banc. Et aussi chez les instructeurs, Scotty Bowman, le gars de Verdun, qui a gagné 8 coupes avec trois clubs différents soit Montréal, Pittsburgh et Detroit. 

Mike Bossy et 9 saisons consécutives de 50 buts ou plus. Comment nous regarderont-ils lorsqu’on relatera le fameux soir de Mario Lemieux où il a compté 5 buts dans des conditions différentes. Un à 5 contre 5, un autre en avantage numérique, un en désavantage, un sur un tir de punition et un dernier dans un filet désert. Teemu Selanne a compté 76 buts à sa saison recrue à Winnipeg en 1992-93. 

N’oubliez pas de leur raconter la soirée du 28 décembre 1944. Maurice Richard avait passé la journée à déménager avant de se présenter au Forum en fin d’après-midi pour un match contre les Red Wings de Detroit. Le Rocket, c’était une machine. Il a terminé la soirée avec 5 buts, 3 aides, et le piano de Lucille, sa femme, était à sa place dans le salon. Et Gordie Howe qui a joué 32 saisons professionnelles. Toutes des histoires vraies, comme la fois, le 19 février 2008, où le Canadien perdait 5-0 contre les Rangers après seulement 25 minutes de jeu, mais, revirement extraordinaire, victoire de Montréal 6 à 5 en tir de barrage. Ils vont nous prendre pour des Capitaines Bonhomme. 

De l’enclave 

  • Le nouveau gardien du Canadien, Jake Allen, connaît bien son nouvel environnement. Il a joué deux ans pour le Junior de Montréal (de 2008 à 2010) où il avait comme instructeurs adjoints Dominic Ducharme et Joël Bouchard.
  • À surveiller de très près quand le hockey de la Ligue Américaine reprendra vie, Rafaël Harvey-Picard, ex-capitaine des Saguenéens de Chicoutimi que l’on compare à Jonathan Marchessault de Vegas. Montréal l’a repêché en 7e ronde et on lui a fait signer un contrat d’un an avec le Rocket de Laval. P’tit gars de Jonquière, ailier gauche de 21 ans, brillant sur et en dehors de la glace.
  • Il y a 5 ans, Montréal a repêché Noah Juulsen au 26e rang. Deux rangs plus tard, les Islanders ont sauté sur Antony Beauvillier, le Sorellois. Il était là, on avait juste à le prendre.
  • Même en dépit des embûches causées par la pandémie, Magalie Dionne et Sylvia Masson ont réussi un véritable tour de force. Les deux nouvelles patronnes ont réussi à relever et relancer la Pourvoirie St-Zénon. Bravo pour vous et la région.
  • Qui l’eût cru lorsqu’au printemps on craignait ne pas sortir nos bâtons de golf cet été ? Il se joue environ 7 millions et demi de joutes de golf annuellement au Québec. Cette année ? 9 millions et ce n’est pas terminé. Certains clubs, comme International 2000, étireront la sauce tant que ce sera possible. Du golf en combine s’il le faut.
  • Présentement, les couleurs sont à couper le souffle. Nos forêts sont magnifiques et c’est aussi féérique en ville. Nous habitons un des plus beaux pays du monde.  
  • Surmenage, Michel Hamelin, responsable des sports de combat à la Régie des alcools, des courses et des jeux du Québec depuis 2009 a été forcé au repos. Dans les conditions actuelles, diriger le domaine de la boxe est plus difficile que jamais. Prenez ça mollo, Senor Michel.
  • Question quizz : Jacques Lemaire a-t-il déjà coaché Patrick Roy ? Oui. Une période en 1985.
  • Saviez-vous que... Jesperi Kotkaniemi a un frère qui s’appelle Kasperi ? Âgé de 21 ans, 5 pieds et 9, 152 livres. Il est gardien de but.
  • Après deux étés d’expérience, les golfeurs apprécient la nouvelle règle voulant qu’on laisse en place le drapeau pour les coups roulés. Le jeu en est accéléré. Pour la COVID, on a enlevé les râteaux dans les trappes de sable. Encore là, le jeu est plus vite.