/entertainment/movies
Navigation

Sacha Baron Cohen remercie Donald Trump

Coup d'oeil sur cet article

Sacha Baron Cohen a remercié Donald Trump d'avoir fait la promotion de son nouveau film en le critiquant publiquement.  

• À lire aussi: Trump n’apprécie pas les gags de Sacha Baron Cohen, alias Borat

• À lire aussi: «Borat 2»: ce n’est pas parce qu’on rit...

• À lire aussi: «Borat 2»: piégé, l’avocat de Donald Trump, Rudolph Giulani, dans une scène compromettante

Le président américain est l'un des principaux sujets du nouveau film Borat Subsequent Moviefilm: Delivery of Prodigious Bribe to American Regime for Make Benefit Once Glorious Nation of Kazakhstan (Borat, nouvelle mission filmée: Livraison bakchich prodigieux pour régime de l’Amérique au profit autrefois glorieuse nation Kazakhstan, en français), et il a partagé ses réflexions sur le long-métrage avec des journalistes lors d'un vol dans son avion présidentiel, Air Force One.

Dans le film, le journaliste kazakh que Sacha Baron Cohen incarne se voit confier la mission de livrer un cadeau au vice-président de Donald Trump, Mike Pence, afin de sauver la réputation du Kazakhstan à la suite du premier film de la série Borat. 

Il s'habille ainsi dans un costume rembourré, et se fait passer pour Donald Trump sous une perruque et un maquillage épais lors d'une conférence au Maryland. Et lorsqu'on lui a demandé s'il avait vu les images, le président américain a qualifié l'acteur de «pauvre mec».

«Je ne sais pas ce qui s'est passé», a-t-il déclaré, selon Steve Herman, chef du bureau de Voice of America à la Maison-Blanche. «Mais il y a des années, vous savez, [il] a essayé de m'escroquer et j'étais le seul à avoir dit non... C'est un sale type et je ne le trouve pas drôle.»

Cependant, ses commentaires ne semblent pas avoir déconcerté la vedette britannique, qui a partagé un article sur Twitter dans les commentaires. «Donald, j'apprécie cette publicité gratuite pour Borat! J'avoue, je ne vous trouve pas drôle non plus. Mais pourtant, le monde entier se moque de vous. Je suis toujours à la recherche de gens pour jouer des bouffons racistes, et vous aurez besoin d'un nouveau travail après le 20 janvier. Parlons-en!», a écrit Sacha Baron Cohen.