/news/coronavirus
Navigation

Mesures sanitaires: l’opposition se déchaine, Legault contre-attaque

Les Québécois satisfaits des mesures pour combattre la COVID-19 du gouvernement Legault, selon un sondage Léger

Coup d'oeil sur cet article

La pression s’accentue sur François Legault: il s’en prend aux partis d’oppositions qui jouent «à un jeu dangereux» en critiquant les mesures de santé publique et menace d’amende les clients des gyms rebelles.

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

• À lire aussi: COVID-19: les mesures en zone rouge prolongées jusqu’au 23 novembre

• À lire aussi: Les centres d’entraînement sortent les muscles

Mardi, le premier ministre voulait parler d’économie, son sujet de prédilection, mais il ne contrôle pas la joute parlementaire.

La veille, une coalition formée de plus de 250 propriétaires de gymnases, centres de yoga, de danse, d’arts martiaux et de CrossFit ont annoncé qu’ils allaient rouvrir leurs portes le 29 octobre même s’ils n’obtiennent pas le feu vert de la Santé publique. Pareille sortie met à mal l’image d’unité que François Legault veut projeter.

  • Écoutez la chronique politique de Rémi Nadeau, chef du Bureau parlementaire à Québec, sur QUB radio:

Le premier ministre a montré ses biceps : mercredi un décret sera adopté pour donner des amendes aux clients, et pas seulement aux propriétaires. Pousser de la fonte n’aura jamais coûté aussi cher.

Mais cette «désobéissance civile» est le fruit du manque de transparence du gouvernement, clame la cheffe de l’opposition officielle Dominique Anglade. Si le gouvernement Legault ne justifie pas davantage ses fermetures, c’est carrément la «paix sociale qui sera menacée». «On s’en va dans la mauvaise direction lorsqu’on a des gens qui mettent au défi les règles de santé publique et disent qu’ils ne vont pas respecter les règles», a-t-elle déclaré.

«Jeu dangereux»

La cheffe parlementaire de Québec solidaire, Manon Massé, a illustré le manque de cohérence apparent des mesures gouvernementales par l’éclosion dans l’usine d’Olymel de Vallée-Jonction, toujours ouverte. Plus de 90 personnes y ont été contaminées par la COVID-19 et un travailleur en est décédé. «Pendant ce temps-là, ils ne peuvent pas aller récupérer leur santé mentale en allant aux spectacles», a-t-elle déploré, et les portes des musées sont closes.

Face aux critiques, François Legault réplique. Manon Massé «joue à un jeu dangereux». «C’est comme si elle remettait ça en question, là, l’idée qu’on a fermé les salles de spectacles », a-t-il lancé en chambre. Dominique Anglade «essaie de donner des leçons, comme son prédécesseur». «Elle ne comprend pas que les Québécois comprennent bien mieux qu’elle».

François Legault estime que les Québécois sont derrière lui, malgré le bruit médiatique. Un sondage de Léger publié au matin semble lui donner raison, tout comme des enquêtes précédentes. Les trois quarts des répondants se disent satisfaits des mesures mises en place par le gouvernement Legault pour combattre la Covid-19. Ils sont également mobilisés: près de 75 % pensent que nous sommes au pire de la crise, ou que le pire est à venir.

Les opposants aux fermetures des commerces sont peu nombreux: seuls 15 % des sondés croient que le gouvernement a été trop rapide pour fermer des entreprises et limiter les activités afin de contrer la 2e vague cet automne.

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à jdm-scoop@quebecormedia.com