/sports/soccer/impact
Navigation

Pas de sentiment d’urgence

Coup d'oeil sur cet article

Sans nommer un joueur en particulier, Thierry Henry n’a pas mâché ses mots pour parler de l’unique but du match.

• À lire aussi: L’impact tombe Dans le panneau

« On perd des points sur des erreurs stupides. Il y a eu un coup franc et il n’y avait absolument aucun sentiment d’urgence », a-t-il pesté dans son point de presse d’après-match.

Il a insisté pour dire que c’est pourtant le genre de situation régulièrement abordé avec les joueurs.

« On a regardé des vidéos aujourd’hui, hier, le jour d’avant, le jour d’avant et le jour d’avant. Ils continuent de regarder le ballon plutôt que la course. À part que de continuer d’en parler, je ne sais pas ce que je peux faire de plus. »

Fatigue

Il faut se demander si cette équipe a encore toute la tête au soccer, considérant l’erreur qui a mené au seul but du match.

« J’aimerais savoir pourquoi on perd notre concentration. On en a beaucoup parlé. Quand on commet une erreur comme ça, tu te fais punir. C’est une énorme erreur », a noté Henry.

Mais Jukka Raitala a refusé de dire que la situation dans laquelle se trouve l’équipe commence à peser mentalement et physiquement.

« Je ne veux pas parler de notre situation, il faut l’accepter même si c’est difficile. On ne peut pas se cacher derrière ça, nous sommes des professionnels. »

On a presque l’impression que le message de Henry ne passe pas complètement.

« Si son message est d’éviter la perte de concentration sur certaines actions comme les coups francs, c’est quelque chose dont nous parlons entre nous dans le vestiaire », a mentionné Samuel Piette.

« Ce sont des choses sur lesquelles tu ne peux pas travailler à l’entraînement, c’est un manque ce communication. »

C’est tout de même étonnant qu’une équipe éprouve de tels problèmes de communication si tard dans la saison.

Peu de tirs

Malgré un léger avantage au chapitre de la possession du ballon, le Bleu-blanc-noir a été dominé 16 à 6 au chapitre des tirs et 6 à 2 pour les tirs cadrés.

Et Henry n’a pas hésité à citer l’évidence en disant que pour marquer, il faut tirer.

« On ne tire pas et on ne centre pas, donc il y a moins chances d’avoir des tirs cadrés. Si tu veux marquer, il faut essayer de tirer quand même. Souvent on refuse le tir ou le centre. »

« Nous devons être plus dangereux, créer du chaos dans la surface adverse. J’ai l’impression qu’on doit réaliser un jeu fantastique pour marquer en ce moment », a ajouté Jukka Raitala.

Henry n’a pas été aidé par le fait qu’il a dû faire jouer Raitala dans le couloir droit, lui qui est gaucher, puisque Zachary Brault-Guillard et Clément Bayiha sont blessés.

Voilà une voie d’animation qui a été perdue puisque le Finlandais n’est pas tellement porté sur l’attaque.