/sports/hockey/canadiens
Navigation

Prolongation de contrat pour Bergevin: pas maintenant

Prolongation de contrat pour Bergevin: pas maintenant
Photo d'archives AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le directeur général du Canadien de Montréal Marc Bergevin a la pleine confiance de son patron Geoff Molson, mais pas au point où que celui-ci prolonge son présent contrat qui expire en 2022. 

• À lire aussi: Le meilleur pointeur du CH sacrifié dans l’indifférence?

• À lire aussi: Repêchage d’expansion 2021: de quoi inspirer le Kraken

Les résultats devront venir d’abord.

«Deux ans, c’est long», a répondu le président du Canadien, dans une longue entrevue accordée au réseau Sportsnet, démontrant qu’il n’y avait pas d’urgence présentement à prolonger l’entente de Bergevin.

«Je crois fermement que j’ai un très bon directeur général, donc je ne suis pas trop préoccupé par une prolongation de contrat, a élaboré Molson. Je sais qu’il est engagé à offrir à nos partisans la meilleure équipe possible, alors je suis derrière lui.»

Selon ce qu’a plaidé Molson, ce n’est pas très commun de prolonger le contrat d’un directeur général alors qu’il lui reste encore deux ans à écouler. Le président du Canadien avait pourtant lui-même agi en ce sens avec Bergevin, en novembre 2015, en lui offrant un mandat pour cinq années supplémentaires. Engagé en 2012, son premier contrat devait se conclure en 2017, soit près de deux ans après cette longue prolongation de contrat.

Le plan fonctionne

Bergevin est bien en selle, mais il faut maintenant voir si le plan proposé par le directeur général à l’été 2018 répondra aux attentes. Molson, qui transpire de confiance en vue de la prochaine saison, s’était alors fait convaincre qu’un «reset» allait permettre éventuellement de déployer un savant mélange de vétérans aguerris et de jeunes en pleine éclosion.

Il fallait alors échanger plusieurs éléments et amasser beaucoup de choix au repêchage, ce qu’a fait Bergevin.

«Est-ce qu’on m’a dit que ça prendrait trois ans? Non, jamais, a affirmé Molson, lors de cette même entrevue avec Sportsnet. On m’a vendu que nous avions besoin de faire certaines choses pour commencer à bâtir une équipe ayant le potentiel de gagner à nouveau un championnat.»

Participer absolument aux séries

Sans parler d’une Coupe Stanley, Molson croit que le Canadien a enfin une équipe prometteuse, avec Carey Price, Shea Weber, Brendan Gallagher, Nick Suzuki, Jesperi Kotkaniemi et l’ajout des Josh Anderson, Tyler Toffoli, Joel Edmundson et Jake Allen.

«Nous avons une équipe qui devrait participer aux séries éliminatoires, je peux vous dire ça, a noté Molson. Je pense que l’organisation et les partisans seraient extrêmement déçus si nous rations les séries.»

C’est sans doute là où le poste de Bergevin commencerait à être en danger.

«Nous avons maintenant une fondation pour avoir une équipe qui peut être bonne pour plusieurs années, a renchéri Molson. Marc a rempli tous les trous qu’il avait prévu remplir. Je pense que c’est très excitant.»