/news/coronavirus
Navigation

Avance salariale aux employés d’Olymel qui doivent s’isoler en attendant le résultat du test

Coup d'oeil sur cet article

Des employés d’Olymel à Vallée-Jonction auraient omis de déclarer des symptômes du coronavirus avant d’entrer au boulot, ce qui incite l’entreprise à donner, dorénavant, une avance salariale à ses travailleurs qui doivent s’isoler en attendant le résultat d’un test.

• À lire aussi: COVID-19: une importante baisse des cas dans la Capitale-Nationale

Cette mesure fait partie d’un plan d’action mis de l’avant par Olymel pour venir à bout de l’éclosion de coronavirus dans son usine d’abattage et de découpe de porcs beauceronne, où 114 travailleurs ont reçu un diagnostic positif en date de mercredi, soit quatre de plus que la veille.

« La Santé publique nous a informés qu’il y a des gens [...] qui, comme dans d’autres entreprises et d’autres organisations ailleurs, ne déclaraient pas leurs symptômes. La plupart le font, mais la Santé publique nous a dit qu’une des explications à (sic) l’éclosion, ça pouvait être cela », a affirmé Richard Vigneault, porte-parole d’Olymel.

Une « hypothèse »

Questionné sur l’impact que cela a pu avoir sur l’éclosion, M. Vigneault a préféré parler d’une « hypothèse ».

Notons que les travailleurs placés en isolement après avoir reçu la confirmation de leur diagnostic bénéficiaient déjà d’une assurance salaire.

« C’est une mesure qui, à notre avis et de l’avis de la Santé publique, va favoriser la déclaration des symptômes puis l’initiative d’aller se faire tester, et Olymel va payer pour ces tests. »

Un dépistage massif a permis de prélever 581 employés depuis vendredi dernier. Cette opération est maintenant terminée.

Mercredi soir, l’entreprise était toutefois dans l’attente de certains résultats, et le bilan pourrait donc croître encore. Le dépistage se poursuivra, mais de manière plus ciblée, dans des secteurs jugés plus à risque.

Syndicat préoccupé

Rappelons qu’un employé de 65 ans est mort la semaine dernière seulement quelques heures après avoir appris qu’il était atteint de la COVID-19.

Toutefois, la cause exacte de son décès n’est pas connue.

Préoccupé par la situation, le président du syndicat des travailleurs d’Olymel à Vallée-Jonction, Martin Maurice, préconise toujours une fermeture de l’usine pendant deux semaines, ce à quoi l’entreprise a de nouveau fermé la porte mercredi.

« On ne veut plus avoir de monde malade et on veut que le monde arrête de s’infecter », réclame M. Maurice.

— Avec la collaboration de Martin Lavoie