/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: une importante baisse des cas dans la Capitale-Nationale

Une heureuse nouvelle qui ne doit pas nous faire perdre nos bonnes habitudes, estiment deux experts

Quebec
Photo d'archives, Stevens LeBlanc Point chaud de la province la semaine dernière, la Capitale-Nationale a enregistré mercredi moins de nouveaux cas (59) en 24 h que la région de Chaudière-Appalaches (85). Quatre nouveaux cas ont notamment été décelés dans l’usine Olymel de Vallée-Jonction, en Beauce (photo).

Coup d'oeil sur cet article

Est-ce un signe que la deuxième vague s’essouffle plus vite que le moral des résidents de la Capitale-Nationale? Toujours est-il que la région vient d’enregistrer son nombre le moins élevé de nouveaux cas de coronavirus en presque six semaines.

• À lire aussi: COVID-19: 929 nouveaux cas et 17 décès supplémentaires au Québec

• À lire aussi: Avance salariale aux employés d’Olymel qui doivent s’isoler en attendant le résultat du test

Le bilan quotidien de mercredi de la Capitale-Nationale faisait état de 59 infections, soit 70 de moins que les 129 de la veille. Il faut remonter au 18 septembre pour retrouver une meilleure performance (53).

Le directeur de santé publique de la Capitale-Nationale se montre toutefois prudent dans l’analyse de cette performance.

«Il est fréquent d’observer des fluctuations quotidiennes quant au nombre de cas actifs dans la région. Bien qu’il semble y avoir une certaine stabilisation, aucune conclusion ne peut être tirée pour le moment [...]. Ce n’est qu’à plus long terme que nous pourrons confirmer ou non cette tendance», a tempéré le Dr André Dontigny.

«Il faut se réjouir, mais il ne faut pas perdre ses bonnes habitudes», prévient pour sa part le Dr Gaston De Serres, médecin-épidémiologiste à l’Institut national de santé publique du Québec.

«On doit être prudents avec le chiffre d’une seule journée. Parfois, le lendemain, nous avons deux fois plus de cas. Mais les chiffres depuis le 19 octobre sont meilleurs que ceux de la semaine précédente. Cependant, le chiffre de 59 est un peu surprenant et je vais attendre quelques jours avant de dire que les choses se sont clairement améliorées», poursuit-il.

Plus de ressources

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale a augmenté ses effectifs pour réaliser des enquêtes épidémiologiques et dit être parvenu à réduire le temps pour obtenir les résultats des tests. Est-ce que le chiffre de mercredi est le fruit de ces efforts?

«Si de donner les résultats plus tôt fait que certaines personnes se mettent en isolement plus tôt, oui, ça peut avoir contribué, mais ce n’est pas ce qui est recommandé [d’attendre le résultat pour s'isoler]. La consigne est de demeurer chez soi après un test en attente des résultats», rappelle le Dr De Serres.

Il estime que les récents messages de la gravité de la situation, notamment de la part de politiciens, «peuvent aussi avoir eu un impact. Certaines personnes me disent qu’elles demeurent en isolement et ne peuvent faire plus. Mais peut-être [que] d’autres étaient un peu moins stricts et que les appels des derniers jours les ont rejoints».

«La nature nous informe de la vérité, soutien Gaston De Serres. Si le nombre de cas demeure pareil, c’est qu’on n’en fait pas assez et qu’on a trop de contacts. Pour être en zone sécuritaire, le taux de reproduction du virus doit être inférieur à 1. Si 10 individus en contaminent au total 9, immanquablement, le nombre de cas va diminuer de semaine en semaine. C’est l’objectif.»

«Nous devons poursuivre les efforts et poser tous les gestes nécessaires afin de limiter le plus possible la propagation de virus et ainsi mieux protéger les personnes vulnérables et les milieux de soins», insiste aussi le Dr Dontigny.

La situation continue à être critique au Centre d’hébergement Saint-Augustin, qui totalise 123 cas de COVID-19, dont 83 chez les employés, soit trois de plus que la vieille. L’éclosion a fait un nouveau décès, pour un total de 18.

Les cas ont aussi doublé chez les résidents du CHSLD d’Assise, passant de 10 à 20.

La pandémie a été responsable de 290 mortalités dans la grande région de Québec.

Hausse sur la Rive-Sud

Dans Chaudière-Appalaches, le nombre de cas a augmenté à 85, 19 de plus que la veille.

C’est un niveau comparable à la situation de la semaine dernière alors que du 20 au 24 octobre, Chaudière-Appalaches montrait des bilans quotidiens allant de 88 à 98 cas.

La région, qui avait été épargnée par la première vague en ne comptabilisant que 8 décès, en totalise maintenant 65, soit 57 attribuables à la deuxième vague.

Dans l’est

Ailleurs dans l’est du Québec, le nombre de cas pour le Bas-Saint-Laurent est de 12, en hausse de 6. La région en totalise 467 depuis le début de la pandémie ainsi que sept décès.

En 24 heures, le Saguenay–Lac-Saint-Jean a vu son nombre de cas fondre de moitié, passant de 39 à 19. Le cumulatif est de 1049 cas et 37 décès.

La région de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine a enregistré 17 cas hier, trois de plus que la veille, pour un total de 861 cas et 24 décès.

Enfin, sur la Côte-Nord, aucun cas n’a été signalé hier. Il n’y en a eu que quatre pour toute la semaine dernière. Depuis le mois de mars, la région n’a enregistré que 171 cas et un seul décès.

Les cas dans la Capitale-Nationale depuis 10 jours  

Date Cas  

  • 18 octobre 272  
  • 19 octobre 92  
  • 20 octobre 190  
  • 21 octobre 168  
  • 22 octobre 117  
  • 23 octobre 135  
  • 24 octobre 116  
  • 25 octobre 91  
  • 26 octobre 129  
  • 27 octobre 59    

Source : quebec.ca

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à jdm-scoop@quebecormedia.com