/news/coronavirus
Navigation

Un deuxième effort de guerre pour l'équipement médical

Coup d'oeil sur cet article

La demande pour les entreprises qui fournissent des équipements au système de santé se stabilise, tandis que le deuxième effort de guerre se poursuit, notamment en Mauricie.

C’est le cas pour Entreprise Prémont, qui a investi près de 2 millions $ pour agrandir son usine de Louiseville, et doubler sa production de masques chirurgicaux. Actuellement, les employés en produisent déjà 4 millions par semaine.

«On verra si on va aller à pleine capacité, mais on se donne le meilleur possible pour continuer à aider pour la pandémie, a mentionné Luc Girard, un des fondateurs de l'entreprise. Jusqu’à présent, je pense qu’on a fait une différence au Canada, et surtout au Québec.»

L'agrandissement devrait être fonctionnel en novembre. Jusqu'à dix millions de masques pourront y être produits chaque semaine.

Du côté du masque réutilisable en tissu de Chemise Empire, la production s'est stabilisée à 5000 par semaine, sensiblement le même nombre que pour les blouses médicales.

Au plus fort de la crise au printemps, la production était de 5000 masques par jour, et l'ensemble des 80 employés travaillait sur l'équipement sanitaire. «Il y a plus de joueurs sur le marché qu'au début de la pandémie, donc oui, il y a une demande qui s’est stabilisée», a expliqué le directeur général François Lizotte.

Chez Rotec International de Baie-du-Febvre, au Centre-du-Québec, la demande pour les lits d'hôpitaux s'est aussi stabilisée, mais celle à l'international est toujours présente.