/investigations/polices
Navigation

Un mafieux était source de police

Andrew Scoppa informait les enquêteurs pendant qu’il dirigeait la mafia montréalaise, révèle un nouveau livre

Coup d'oeil sur cet article

L’ex-parrain intérimaire de la mafia montréalaise, Andrew Scoppa, était à la fois informateur de police et source journalistique pendant qu’il tentait de prendre la succession des Rizzuto.

• À lire aussi: Deux journalistes ont réussi à gagner sa confiance

C’est ce qu’on apprend dans le nouveau livre La Source, des journalistes Félix Séguin et Eric Thibault, auquel le défunt chef de clan a lui-même collaboré en brisant l’omerta par ses confidences sur sa vie au sein de la mafia.

Photo courtoisie

Scoppa, dont le vrai prénom est Andrea, a été assassiné par balles le matin du 21 octobre 2019, en face du gymnase où il allait s’entraîner dans l’ouest de Montréal.   

  • Félix Séguin et Éric Thibault lèvent le voile sur leurs rencontres avec Andrew Scoppa sur QUB radio:    

Andrew Scoppa a été assassiné par balles en octobre 2019.
Photo d'archives
Andrew Scoppa a été assassiné par balles en octobre 2019.

Dès l’automne 2014, ce narcotrafiquant millionnaire de 55 ans avait accepté de devenir une source confidentielle du journaliste Félix Séguin, de notre Bureau d’enquête, en le rencontrant à de multiples reprises et en lui fournissant des informations sur le crime organisé de souche italienne.

Le Montréalais d’origine calabraise, qui comptait parmi les confidents du défunt parrain Vito Rizzuto, s’est ensuite retrouvé avec son frère cadet, Salvatore Scoppa, au centre d’une guerre de pouvoir sanglante les opposant aux nouveaux leaders du clan Rizzuto.

Révélations inédites

Les policiers avaient appris l’un des motifs de ce bras de fer pendant l’enquête baptisée Magot, où ils ont notamment épié à leur insu une réunion des deux dirigeants du clan sicilien, Stefano Sollecito et Leonardo Rizzuto – le fils de Vito Rizzuto –, avec Gregory Woolley, que les autorités qualifiaient de « parrain » des gangs de rue à Montréal, en août 2015.

Les trois hommes ne faisaient plus confiance aux frères Scoppa et se doutaient qu’il y avait une taupe parmi eux.

Selon ce que les deux journalistes précisent dans La Source, Andrew Scoppa agissait comme informateur de plusieurs enquêteurs de police depuis des années.

Sollecito, Rizzuto et Woolley ont été emprisonnés dès novembre de la même année. Andrew Scoppa a ensuite été considéré par les forces de l’ordre comme le parrain intérimaire de la mafia montréalaise jusqu’à son arrestation dans l’enquête antidrogue Estacade, en février 2017.

Les auteurs amènent d’ailleurs les lecteurs au cœur de cette enquête ayant mené à la saisie d’une centaine de kilos de cocaïne dans la Tour des Canadiens, au centre-ville de Montréal. 

La police avait notamment traqué le chef mafieux en camouflant un micro dans son véhicule. Scoppa disait déjà craindre de se faire tuer de deux balles « dans la noix de coco ».    

  • Écoutez l'analyse du journaliste d'enquête André Noël sur QUB radio:    

Rivalité et vendetta

Le 4 mai 2019, son frère Salvatore est mort criblé de balles lors d’une fête familiale, dans un hôtel à Laval. 

Sachant que sa tête était mise à prix et qu’il n’en avait peut-être plus pour longtemps à vivre, Andrew Scoppa a consenti à collaborer au projet de livre des deux journalistes en révélant plusieurs secrets de la mafia lors d’une série de rencontres qu’ils ont tenues à l’étranger pour des raisons de sécurité. 

Entre autres, Scoppa dévoile des détails inédits sur le règne du parrain Vito Rizzuto, ainsi que sur les meurtres de son fils aîné, Nick Jr, et son père, Nicolo, il y a une dizaine d’années.

Scoppa s’ouvre également sur sa rivalité avec Sollecito, qu’il voyait comme son pire ennemi, et sur la vendetta meurtrière que son frère, Salvatore, aurait menée aux dépens du clan sicilien. 

« Il voulait tous les tuer [...] et il en a eu plusieurs », a-t-il déclaré aux auteurs.

  • Écoutez le directeur du Bureau d’enquête Jean-Louis Fortin sur le livre La Source

« La seule option... »

Andrew Scoppa a lui-même admis avoir trempé dans des meurtres. 

« Oui, c’est triste. Parce que dans ce milieu, tu le fais pour une seule raison : l’argent. Tu prends des vies pour assurer ton profit. En ce qui me concerne, quand ça m’est arrivé personnellement, c’était parce que c’était la seule option », a prétexté ce criminel redouté. 

Deux mois avant de se faire tuer, le défunt seigneur de la mafia a d’ailleurs confié à quel point il était tenaillé par l’anxiété et la peur de mourir.

Les deux journalistes expliquent qu’advenant sa mort, Scoppa leur avait laissé le libre choix de diffuser ses révélations en levant la confidentialité sur son identité.

« Si tu sèmes l’amour autour de toi, tu reçois de l’amour en retour. Mais si c’est du sang que tu fais couler, tu devrais aussi goûter à ta propre médecine. Qui vit par l’épée périt par l’épée. Du moins, c’est comme ça que je vois les choses », s’était-il résigné à croire. 

Extraits du livre La source  

Photo courtoisie

« Tu deviens particulièrement confiant en tes moyens quand tu réussis à accomplir des choses difficiles à faire comme tuer quelqu’un, nous dit Andrew Scoppa le plus calmement du monde, lors de notre première journée à Barcelone. Quelqu’un de fort ou qui a de l’influence. Quelqu’un de dur à éliminer. Quand tu y parviens, ça se parle dans le milieu. »

« Un jour, il m’a dit [à Félix Séguin] : “Si tu savais comment je t’envie parce que toi, quand tu sors de chez vous, t’as pas peur d’avoir une balle. Moi, quand je sors de chez nous, je peux en avoir une, anytime. Je pourrais en avoir une en venant te voir. D’ailleurs, si ça se sait que je te parle, je vais en avoir une.

La mafia, c’est un milieu bien étrange, argue-t-il d’un air philo­sophe, mais sur un ton pessimiste. Aujourd’hui, tu es honorable, tu as fait un million de bonnes choses... Mais demain, dès la minute où tu commettras une erreur, ils vont tous se balancer des bonnes choses que tu as faites. Ça ne vaudra plus rien. Tu seras devenu un moins que rien.” »