/finance
Navigation

Acheter Bombardier pour mieux innover

FILES-COMBO-FRANCE-ECONOMY-ALSTOM-BOMBARDIER
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’acquisition par Alstom de Bombardier Transport, approuvée jeudi par les actionnaires du géant français, va permettre de continuer le développement du train à l’hydrogène et du train autonome, en plus de faire face à la concurrence accrue de l'entreprise d'État ferroviaire CRRC.

C’est ce qu’a fait savoir Henri Poupart-Lafarge, PDG d'Alstom, en entrevue à la chaîne de télévision française BFMTV.

Ce dernier revenait sur les motivations derrière l’acquisition de Bombardier pour environ 6,2 G$ US par la multinationale française Alstom.

«C’est une magnifique opération, une magnifique aventure nécessaire dans le monde d’aujourd’hui, nécessaire pour permettre l’innovation, pour permettre l’émergence d’une mobilité durable», a-t-il confié jeudi.

Henri Poupart-Lafarge a insisté pour dire que l’arrivée de Bombardier n’était pas seulement pour faire concurrence au constructeur chinois China Railway Rolling Stock Corp (CRRC). «Ce n’est pas l’unique but de la fusion. Nous ne sommes pas juste dans un match avec CRRC», a-t-il expliqué.

«Ce que nous souhaitons, c'est de pouvoir apporter à nos clients, aux opérateurs [...] de nouvelles solutions», a-t-il souligné.

«Nous travaillons à diminuer la consommation d’énergie des trains électriques, de nos trains classiques, a-t-il ajouté. Pour les lignes non électrifiées, nous avons apporté au marché une solution à base de pile à combustible. Nous sommes les seuls à le faire, nous avons des trains qui roulent en Allemagne et qui marchent extrêmement bien.»

En l’occurrence, Alstom utilise l’hydrogène liquide pour assurer la traction des trains. «Le réservoir est sur le train, la pile à combustible est sur le train et, grâce à ça, nous avons une opération qui est extrêmement similaire à celle d’un train diesel: même autonomie, même performance», a expliqué le dirigeant.

Il a abordé aussi le chantier du train autonome, sur lequel CRRC a de l'avance. «L’autonomie des trains permet d’économiser de l’énergie, permet une plus grande flexibilité», a ajouté Henri Poupart-Lafarge.

Pour rappel, Bombardier touchera environ 4 G$ US d’Alstom pour sa division Transport.

Par ailleurs, au cours de l’assemblée générale où les actionnaires ont donné leur feu vert à l’acquisition de Bombardier Transport, la nomination de Kim Thomassin de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) et de Serge Godin comme administrateurs d’Alstom a été approuvée.