/news/provincial
Navigation

Autour du terminus du tramway: le pôle Chaudière pour combler le manque de terrains

La Ville de Québec a besoin du développement autour du terminus du tramway, près du IKEA, pour accueillir ses futurs résidents sans causer d'étalement urbain.
Photo d'archives La Ville de Québec a besoin du développement autour du terminus du tramway, près du IKEA, pour accueillir ses futurs résidents sans causer d'étalement urbain.

Coup d'oeil sur cet article

Puisque les terres des Sœurs de la Charité ne peuvent accueillir des maisons, la Ville de Québec a besoin du développement autour du terminus du tramway, près du IKEA, pour accueillir ses futurs résidents sans causer d'étalement urbain.

La Ville de Québec compte énormément sur cette «petite ville» où 9000 résidents et employés vivront et travailleront quotidiennement. «Si on ne fait pas le développement, on va manquer de place», laisse tomber le maire de Québec, Régis Labeaume. 

La Ville s'attend en effet, selon les prévisions, à ce que 28 000 nouveaux ménages s'ajoutent d'ici 2036. Il y a quelques années, elle comptait sur les terres des Sœurs de la Charité, à Beauport, pour accueillir tout ce beau monde. Mais le gouvernement a récemment mis fin aux espoirs de dézoner ces terres agricoles. 

«Le besoin qu’on avait et qui faisait qu'on voulait développer les Sœurs de la Charité, on va le combler avec le pôle Chaudière.»

5000 logements

Dans le futur pôle Chaudière, près du IKEA, on aménagera le terminus du tramway, mais aussi un nouveau quartier résidentiel, commercial, technologique, où on misera sur la mixité des usages. 

En tout, jusqu'à 5000 unités d'habitation pourraient y être construites, disent le maire et la conseillère responsable de l'aménagement, Marie-Josée Savard. À l'époque du projet des terres de Beauport, «on ne pensait pas pouvoir faire ce développement [à Chaudière]. On est heureux», affirme cette dernière. 

La Ville espère maintenant prévenir l'étalement urbain vers Portneuf, par exemple. «Moins on a des terrains à développer, plus le développement va s’étaler», prédit M. Labeaume. Avec les terrains rendus disponibles, on peut accueillir des familles qui, autrement, se seraient dirigées ailleurs, dans la lointaine banlieue ouest, analyse-t-il. Pour couper la circulation en provenance de l'ouest, «on s’est dit qu'on était obligés de démarrer le tramway là.»

Flèche à la CAQ

Le maire en a profité pour lancer une nouvelle flèche au gouvernement de la CAQ, qui retarde le lancement de l'appel d'offres pour le consortium qui doit construire le tramway. Il a souligné que, selon les plans initiaux, le viaduc qui doit connecter Mendel au boulevard du Versant-Nord devait lever de terre en 2022. «On ajuste nos agendas et nos "cédules" tous les mois. Mais là, j'ai pu le goût de les ajuster», a-t-il ruminé.