/finance/business
Navigation

Le Plan Nord cherche à avoir meilleure mine

Québec veut consacrer 90 M$ à l’exploitation de 22 minéraux stratégiques

projet de mine zinc d'Osisko
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Neuf ans après le Plan Nord de Jean Charest, le gouvernement Legault a annoncé jeudi en grande pompe son plan pour sécuriser les minéraux critiques et stratégiques, dont ne peuvent plus se passer les fabricants de téléphones et de voitures électriques, qui dépendent de l’Asie pour s’approvisionner.

Pour l’occasion, pas moins de quatre ministres étaient présents en conférence de presse pour présenter les grandes lignes d’un projet, qui s’appuie sur des investissements de 90 M$ déjà annoncés en mars dernier.

Sur l’enveloppe, 43 M$ serviront à mettre en place ou à optimiser des filières, 31,6 M$ à accroître les connaissances, 9,4 M$, à la transition vers une économie durable et 6 M$ pour la promotion. 


22 MINÉRAUX CLÉS

Le gouvernement Legault a dressé une liste de 22 minéraux critiques ou stratégiques, comme le lithium, le graphite et le nickel. Ceux-ci sont utilisés dans plusieurs industries et leur approvisionnement doit être sécurisé pour ne plus dépendre de la Corée du Sud ou de la Chine. Québec veut à la fois attirer des investisseurs étrangers et pousser des entreprises d’ici à participer aux différentes étapes de transformation et de recyclage des minéraux. 


QUE SONT LES MINÉRAUX CRITIQUES ET STRATÉGIQUES ?

Appareils d’imagerie médicale, batteries, ordinateurs portables, téléphones cellulaires, véhicules électriques... Les minéraux critiques et stratégiques (MCS) font partie du quotidien. Les panneaux solaires et les éoliennes peuvent aussi, par exemple, contenir du cobalt, des éléments des terres rares (ETR), des éléments du groupe du platine (EGP), du graphite, du lithium et du nickel. 


LONGUEUR D’AVANCE

Des projets miniers sont déjà en cours pour le lithium, le vanadium et les éléments des terres rares. Le Québec produit déjà du nickel, de niobium et du graphite. Dans l’ensemble, le secteur minier compte déjà 30 000 emplois directs et indirects, dans 22 mines actives sur la Côte-Nord, dans le Nord-du-Québec et l’Abitibi-Témiscamingue. 


VÉHICULES ÉLECTRIQUES ET BATTERIES

Au Québec, le gouvernement Legault souhaite développer la filière de la batterie lithium-ion pour entrer dans la course de l’électrique. Au ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI), on dispose de 55 M$ pour soutenir le développement des filières des véhicules électriques et leurs composantes. On veut aussi implanter une industrie du recyclage. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Questions sans réponses

  • Pourquoi le Québec est-il en retard sur le Chili et l’Australie dans l’extraction ?
  • Quels projets majeurs de transformation verront le jour bientôt ?
  • Quand va-t-on inaugurer l’usine de production de batteries québécoise ?
  • Quels géants mondiaux discutent avec Québec dans la filière batterie ? 

Ce qu’ils ont dit

Jonatan Julien
Photo d'archives, Didier Debusschère
Jonatan Julien

« Le Québec a tout ce qu’il faut pour devenir un chef de file dans la production, la transformation, la valorisation et le recyclage des minéraux critiques et stratégiques »

- Jonatan Julien, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles


« Ce plan assurera le développement des composantes de nos batteries tout en entraînant des retombées concrètes pour le Québec : des emplois de qualité et des occasions d’affaires pour nos entreprises québécoises qui prospèrent ici, comme à l’international »

- Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation


Manon Massé
Photo d'archives
Manon Massé

« Ce n’est pas en exploitant nos ressources en mode “bar ouvert” qu’on va avoir une relance économique juste et verte ! »

- Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire


« Jean Charest aussi nous avait présenté un super plan en 2011 qui allait nous amener la prospérité pour une génération ! On attend encore les résultats »

- Lorraine Richard, porte-parole du PQ en matière de Ressources naturelles


Ugo Lapointe
Photo courtoisie, Simon-Pier Ouellet
Ugo Lapointe

« Québec a besoin d’un électrochoc pour sa stratégie sur les batteries. Les ministres responsables continuent d’affirmer sur la place publique que les mines du Québec sont déjà “les plus vertes” au monde, alors que c’est tout simplement faux »

- Ugo Lapointe de la coalition Québec meilleure mine

Liste des minéraux critiques et stratégiques (MCS) pour le Québec

Le Québec a identifié 22 minéraux comme étant critiques ou stratégiques.     

  • Les minéraux critiques nécessaires au fonctionnement des usines de transformation pour lesquels un risque d’approvisionnement a été reconnu : antimoine, bismuth, cadmium, césium, cuivre, étain, gallium, indium, tellure et zinc.    
  • Les minéraux stratégiques pour la mise en œuvre des politiques publiques et le développement des énergies renouvelables comme les panneaux solaires et les éoliennes : cobalt, éléments des terres rares (ETR), éléments du groupe du platine (EGP), graphite, lithium et nickel.    
  • Les minéraux stratégiques pour les États occidentaux qui sont produits ou ont un bon potentiel de mise en valeur au Québec : magnésium, niobium, scandium, tantale, titane et vanadium. 

Source : Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles