/world/pacificasia
Navigation

Australie: les catastrophes seront plus «graves et fréquentes», selon la commission des feux

Australie: les catastrophes seront plus «graves et fréquentes», selon la commission des feux
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les Australiens doivent être prêts à faire face à des catastrophes «de plus en plus graves et fréquentes» en raison du changement climatique, a mis en garde vendredi une commission d’enquête sur les feux de forêts qui ont ravagé l’immense île-continent en 2019 et 2020.

Les incendies reviennent chaque année en Australie au sortir de l’hiver austral, mais, l’an passé, ils ont été d’une gravité exceptionnelle, faisant 33 morts et détruisant une superficie égale à celle du Royaume-Uni ou du Ghana.

«Ce qui était sans précédent est maintenant notre avenir», a mis en garde la commission d’enquête royale chargée de mieux préparer l’Australie à faire face aux catastrophes naturelles.

Selon elle, non seulement les catastrophes «seront malheureusement de plus en plus graves et fréquentes», mais «nous pouvons nous attendre à plus de phénomènes dangereux simultanés et consécutifs».

«Au cours des 12 derniers mois, il y a eu une sécheresse, des vagues de chaleur et des feux de forêts, suivis de violentes tempêtes, d’inondations et d’une pandémie», a rappelé la commission.

Les incendies, qui ont duré neuf mois et ont pris fin en mars, ont entraîné le déplacement de près de trois milliards d’animaux et ont tué une partie d'entre eux, coûtant à l’économie australienne environ 7 milliards de dollars. 

Le coût annuel des catastrophes pourrait atteindre environ 27 milliards de dollars d’ici 2050, sans même tenir compte de l’aggravation du réchauffement climatique «inévitable au cours des deux prochaines décennies».

«En conséquence, le niveau des mers devrait continuer à augmenter. Les cyclones devraient diminuer en nombre, mais augmenter en intensité. Les inondations et les incendies de forêts devraient devenir fréquents et intenses».

Parmi ses 80 recommandations, le rapport demande de meilleures données sur la manière dont le réchauffement climatique se traduira dans des domaines précis. 

Il n’a cependant pas appelé le gouvernement conservateur, accusé de tarder à mettre en place des mesures pour lutter contre ce phénomène, à s’attaquer aux causes profondes, décevant certains experts. 

«Nous avons une baignoire qui déborde de problèmes», a affirmé l’écologiste Michael Clarke de l’université La Trobe. 

«Bien sûr, nous pouvons nous efforcer d'en maîtriser le niveau, en la nettoyant quand elle déborde, mais nous pourrions aussi envisager de fermer le robinet.»

À plusieurs reprises, le premier ministre Scott Morrison a minimisé le lien entre le changement climatique et les incendies, restant un ardent défenseur de la très puissante et lucrative industrie minière australienne.