/news/health
Navigation

Des anti-inflammatoires potentiellement dangereux pour la grossesse

Grossesse
Photo Fotolia.com / igorborodin

Coup d'oeil sur cet article

La prise d’anti-inflammatoires comme l’ibuprofène (Advil) et l’aspirine à partir de la 20e semaine de grossesse pourrait causer des problèmes de santé chez le fœtus, selon Santé Canada, qui recommande aux femmes enceintes de les éviter. 

Le ministère fédéral de la Santé lance une étude sur l’usage de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). L’avis de Santé Canada est basé sur un communiqué récent publié par le Food and Drug Administration sur le sujet.

La consommation de ces anti-inflammatoires pourrait avoir un impact sur le développement des reins chez le fœtus. Cela se traduirait par une réduction dans la production du liquide amniotique, ce qui pourrait entraîner diverses complications lors de la grossesse.

«Au Canada, la prise d'AINS sur ordonnance et en vente libre est actuellement contre-indiquée (ne doivent pas être pris) au cours du dernier trimestre de la grossesse (de la 28e semaine à la fin de la grossesse). Les étiquettes des AINS conseillent déjà aux femmes enceintes de consulter leur professionnel de la santé avant de prendre ces médicaments», a indiqué Santé Canada dans un communiqué vendredi.

«Pendant que Santé Canada étudie cette question, on recommande aux femmes enceintes de ne pas prendre d'AINS à partir de la 20e semaine de grossesse, à moins d'avis contraire de leur professionnel de la santé», a poursuivi le ministère.

Les médecins pourront toutefois continuer à les prescrire aux femmes enceintes de plus de 20 semaines s’ils jugent que la situation médicale l’exige.

Cependant, la consommation des AINS pour les femmes entre la 20e et la 30e semaine devrait être «la plus faible possible et pour la durée la plus courte possible», et il serait bon d’envisager une surveillance du liquide amniotique par ultrasons si le traitement dépasse les 48 heures.

«Ces recommandations ne s'appliquent pas à la prise d'aspirine à faible dose (81 mg) pour des affections précises liées à la grossesse, recommandée par un professionnel de la santé ni aux AINS administrés directement dans l'œil», a précisé Santé Canada.