/news/green
Navigation

Doit-on craindre le frelon asiatique géant?

Coup d'oeil sur cet article

Pouvant atteindre jusqu’à cinq centimètres en longueur, le frelon asiatique géant – communément nommé frelon meurtrier – fait craindre le pire, mais il ne faut pas s’alarmer de sitôt. 

Un nid de l’espèce a été trouvé et détruit dans l’État de Washington, aux États-Unis, la semaine dernière. L’insecte avait aussi été aperçu dans la région de Nanaimo, en Colombie-Britannique, l’an dernier.

«Il faut quand même prendre nos précautions parce qu’effectivement, ils peuvent décimer les colonies d’abeilles. C’est ça qu’ils font dans la nature. Les guêpes vont chasser d’autres insectes dans la nature», a indiqué vendredi Étienne Normandin, un entomologiste, en entrevue à LCN.

Mais s’ils sont plutôt rares à l’heure actuelle, M. Normandin croit que cette espèce de guêpe pourrait se multiplier.

«Les guêpes asiatiques, comme celles-là, sont une de plusieurs espèces qui entrent au pays souvent avec les cargaisons de bateau», a-t-il indiqué.

Les villes portuaires, comme Montréal et Vancouver, s’exposent donc à l’arrivée de telles espèces. La multiplication des arrivages dans les ports pourrait contribuer à l’essor du frelon asiatique géant au pays.

Mais il ne faut pas sonner l’alarme trop rapidement, croit Étienne Normandin. Le travail des experts à Washington pour éradiquer le nid est un bon exemple qu’il est possible de contenir la propagation.

«Je ne pense pas qu’il faut trop s’inquiéter. [...] Ils sont vraiment dans un nouvel environnement qui est probablement inhospitalier. Et puis notre climat qui est beaucoup plus froid dans l’est devrait [les décourager]», a laissé entendre l’expert.