/news/education
Navigation

Halloween: une école de Boischatel ne permet pas aux élèves de se costumer

La décision d’une école de Boischatel suscite la grogne dans les rangs des parents

Coup d'oeil sur cet article

La décision d'une école primaire de Boischatel de ne pas permettre aux élèves de se déguiser pour l’Halloween en raison des mesures sanitaires suscite l’incompréhension et la grogne dans les rangs des parents.

Lundi, des parents ont été surpris de retrouver un message dans l’agenda de leur enfant les informant que les déguisements d’Halloween n’étaient pas autorisés cette année. 

Des parents ont contacté la direction de l’école, qui a fini par envoyer une lettre aux parents, jeudi matin, pour clarifier la situation. 

«Étant donné les différentes contraintes liées aux mesures sanitaires (temps de dîner plus court, espaces restreints pour se changer et leur désinfection, port du couvre-visage pour les élèves du 3e cycle, etc.), ainsi que pour des raisons de sécurité et d’inconfort de passer toute la journée en déguisement (habillage/déshabillage, chaleur, accessoires, etc.), il a été décidé en équipe de suivre nos pratiques habituelles, c’est-à-dire que lorsque l’Halloween tombe la fin de semaine ou en journée pédagogique, il n’y a pas de grande fête commune», peut-on lire. 

«Cependant, les enseignants soulignent cette fête chacun à leur façon en décorant l’école et les classes et en organisant différentes activités pour leur groupe», ajoute-t-on. 

Ces explications n’ont toutefois pas apaisé le mécontentement de certains parents. «Recevoir cette information la veille, parce que plusieurs parents se sont plaints, est inacceptable. Ils auraient dû nous en parler il y a deux semaines», affirme le père d’une fillette de maternelle. 

Ce dernier s’explique mal la décision de l’école, dans le contexte où les autorités de santé publique ont donné le feu vert aux costumes et à la collecte de bonbons. «Les raisons me semblent toutes complètement bidon», lance-t-il. 

Au Centre de services scolaire des Premières-Seigneuries, on précise qu’aucune consigne n’a été donnée à ce sujet. Le scénario est le même dans les deux autres centres de services de Québec. 

«Chaque équipe-école décide comment organiser leur journée d’activités, indique la secrétaire générale, Martine Chouinard. Notre préoccupation, c’est le respect des règles sanitaires, même si c’est une journée de festivité.» 

À l’école primaire de Boischatel, les élèves n’avaient pas l’habitude de venir en classe costumés lorsque l’Halloween se déroule la fin de semaine, précise-t-elle.