/news/currentevents
Navigation

Tony Accurso et quatre de ses entreprises devront verser près de 4,2 millions $ d’amendes

Tony Accurso et quatre de ses entreprises devront verser près de 4,2 millions $ d’amendes
MARTIN ALARIE/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Tony Accurso et quatre des entreprises qu’il possédait ont été condamnées vendredi à des amendes totalisant près de 4,2 millions $ au palais de justice de Laval.

L’homme d’affaires déchu, qui a fait les manchettes lors de la commission Charbonneau, a reconnu avoir participé à des stratagèmes de fraude fiscale impliquant ses compagnies Simard Beaudry Construction, Constructions Louisbourg, Construction Marton, filiale de Constructions Louisbourg, et Louisbourg Simard Beaudry Construction.

Selon Revenu Québec, un délai de 24 mois est alloué pour le versement des amendes.

Tony Accurso doit rembourser personnellement 1,91 million $.

Entre mars 2005 et mars 2010, les quatre entreprises de M. Accurso ont participé à un système de fausses factures produites par neuf sociétés coquilles, a indiqué Revenu Québec, qui a mené cette enquête en collaboration avec l’Unité permanente anticorruption (UPAC).

«Ces fausses factures étaient entre autres produites pour des services fictifs de transport d’agrégats et des services spécialisés de transport en lien avec des contrats de construction prétendument exécutés par les sociétés coquilles», a-t-on précisé par communiqué.

Simard Beaudry Construction est condamnée à payer des amendes totalisant 1,4 million $, Constructions Louisbourg et Construction Marton (filiale) sont condamnées à des amendes totalisant 448 000 $ et Louisbourg Simard Beaudry Construction est condamnée à des amendes totalisant 412 000 $.

Le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, a réagi à la condamnation de Tony Accurso. «Au moins, on commence à trouver des coupables au Québec. [...] Monsieur Accurso fait partie des auteurs du scandale qui a mené à la commission Charbonneau, aujourd’hui on apprend qu’il va payer de sa poche pour ses entourloupes avec l’impôt. C’est un bon début», a-t-il déclaré.. 

  • Écoutez la chronique judiciaire de l’ex-juge Nicole Gibeault à QUB radio :