/entertainment/stage
Navigation

Théâtre La Bordée: «Le gars de Québec» en webdiffusion

Olivier Normand dans la pièce de théâtre Le gars de Québec.
Photo courtoisie Nicola-Frank Vachon Olivier Normand dans la pièce de théâtre Le gars de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Sans la fermeture des salles de spectacle, la production Le gars de Québec serait présentée devant un public réduit et aussi en webdiffusion. Les événements des dernières semaines obligent le théâtre La Bordée à diffuser cette adaptation de Michel Tremblay uniquement en ligne.

Une équipe cinématographique a filmé la production, lundi et mardi, avec plusieurs caméras, dans le théâtre situé dans le quartier Saint-Roch à Québec. La pièce est à l'affiche du 3 au 28 novembre. 

Olivier Normand dans la pièce de théâtre Le gars de Québec.
Photo courtoisie Nicola-Frank Vachon

C’est la première fois que La Bordée se lance dans ce genre d’initiative. C’est aussi la première fois que le directeur artistique et metteur en scène Michel Nadeau dirige une pièce de théâtre en distanciation. Ce qu'il a fait avec son assistant: un bâton.

«Je me suis fait faire un bâton de deux mètres pour m’assurer que la distanciation était respectée durant les étapes de création», a-t-il indiqué lors d’un entretien.

Olivier Normand dans la pièce de théâtre Le gars de Québec.
Photo courtoisie Nicola-Frank Vachon

Les accessoires de scène ne sont jamais échangés entre les comédiens. L’inventivité était au rendez-vous.

«On a dû faire le deuil de certaines choses sur le plan des décors et de la mise en scène. Ça nous a permis, en contrepartie, de mettre en place des gags auxquels on n’aurait pas pensé et qui sont très le fun. Le gars de Québec est une comédie et on retrouve des clins d’œil à ce que l’on vit actuellement», a-t-il mentionné.

Le gars de Québec faisait partie de la programmation 2020-2021, construite avant que la pandémie ne chambarde tout.

Olivier Normand dans la pièce de théâtre Le gars de Québec.
Photo courtoisie Nicola-Frank Vachon

Michel Nadeau a décidé, lorsque la réouverture des salles de spectacle a été permise, de la maintenir en place et de la présenter devant 142 spectateurs dans une salle pouvant en accueillir 350, et aussi en webdiffusion.

«C’était, avec 11 comédiens, notre gros spectacle de la saison. On a regardé si c’était possible de la présenter avec les normes émises par la Santé publique et on a vu, sur papier, que c’était possible. On a pris un risque et on a foncé», a-t-il raconté.

Quiproquos

Le gars de Québec est une satire politique qui se déroule dans le village imaginaire charlevoisien de Sainte-Rose-de-Lima durant les années de l’ère Duplessis. C’est un portrait de la corruption politique et des enveloppes brunes de l’époque.

«Le village est dirigé par un maire libéral qui apprend, la veille de Noël, qu’un inspecteur va venir jeter un coup d’œil sur les finances du village. Il s’organise avec les notables pour faire en sorte que la ville ait l’air propre et pour lui donner des pots-de-vin», a raconté Michel Nadeau.

Au même moment, un haut fonctionnaire de la Ville de Québec, qui n’a plus de travail, qui a tout perdu, et qui s’en va chez ses parents à Tadoussac, fait un arrêt à Sainte-Rose-de-Lima

«Le maire pense que c’est lui, l’inspecteur, et on le traite avec les grands égards. Le gars ne comprend pas trop qu’on lui offre de l’argent. Il en profite, vide les caisses de tout le monde et de la Ville et s’en retourne chez lui. Et c’est à ce moment que le véritable inspecteur arrive et que le maire réalise qu’il est dans la merde. C’est une pièce qui est très drôle et on a choisi de la monter de façon assez clownesque», a ajouté le directeur artistique et metteur en scène.

La distribution est constituée d’Emmanuel Bédard, Joëlle Bourdon, Pierre-Yves Charbonneau, Ariel Charest, Paul Fruteau De Laclos, Érika Gagnon, Israël Gamache, Nicolas Létourneau, Olivier Normand, Guillaume Pepin et Maxime Robin.

Le gars de Québec est une adaptation de la pièce Le Revizor de l’auteur russe Nicolas Gogol écrite en 1836. C’est une comédie.

«Je sens que les gens ont besoin de rire et de ventiler, afin de pouvoir passer à travers ce mois de novembre qui va être un peu plus sombre», a-t-il fait savoir.