/news/society
Navigation

Un hiver différent dans le parc national de la Gaspésie

Coup d'oeil sur cet article

La popularité du parc national de la Gaspésie ne se dément pas, particulièrement en hiver, et la fréquentation y a d'ailleurs augmenté de 14% au cours de cinq dernières années. La saison hivernale risque toutefois d'être chamboulée en raison de la pandémie de coronavirus. 

Dans les faits, ce sont surtout les Québécois qui devraient profiter, cet hiver, des montagnes enneigées du parc national.

«Mais quelles seront les règles qui seront en vigueur tout au long de l'hiver à venir? Ça reste très incertain et c'est difficile de faire un pronostic», a expliqué Simon Boivin, porte-parole de la Sépaq, qui assure la gestion du parc.

Bien que la sécurité sanitaire sera un enjeu crucial au courant de l’hiver, la sécurité tout court demeurera une priorité, surtout dans l'arrière-pays, qui attire de plus en plus les adeptes de ski hors-piste.

«On veut que les gens possèdent les outils, les connaissances nécessaires pour être en mesure non seulement de s'initier à l'arrière-pays, mais aussi de prendre les meilleures décisions en ce qui a trait à leur propre sécurité», a ajouté monsieur Boivin.

À ce sujet, Avalanche Québec demeure un partenaire de premier plan pour la Sépaq lorsqu'il est question autant de prévention que d'intervention lors d'accidents. L'hiver dernier, un skieur a perdu la vie dans les montagnes du parc, et deux autres ont été blessés.

«Il faut qu'on fasse comprendre aux gens que c'est un terrain de jeu qui est différent d'une station de ski. Alors mieux vaut être préparé, mieux vaut savoir dans quoi on s'embarque», a soutenu Dominic Boucher, directeur général de l'organisme basé à Sainte-Anne-des-Monts.

Le problème c'est qu'Avalanche Québec dépend en grande partie de subventions gouvernementales. Si l'aide du fédéral est assurée pour au moins 10 ans, c'est à recommencer année après année avec le gouvernement du Québec.

«Il n'y a pas bien des solutions alternatives que d'essayer de trouver de l'argent ailleurs ou de couper les services», a-t-il ajouté.

Normalement, la saison de glisse débute à la mi-décembre dans le parc national de la Gaspésie.