/sports/football/rougeetor
Navigation

William Quenneville opte pour le Rouge et Or

L'ailier défensif William Quenneville a dominé le circuit collégial Division l'an dernier avec six sacs.
Photo courtoisie Roch Lambert L'ailier défensif William Quenneville a dominé le circuit collégial Division l'an dernier avec six sacs.

Coup d'oeil sur cet article

William Quenneville poursuivra sa carrière avec le Rouge et Or de l’Université Laval.

• À lire aussi: Mathieu Proteau opte pour le Rouge et Or

• À lire aussi: Recrutement: journée très profitable pour le Rouge et Or

L’ailier défensif du CNDF a fait connaître sa décision ce matin. Sauf McGill, toutes les équipes du RSEQ lui ont témoigné de l’intérêt ainsi que les Golden Bears de l’Alberta. Quenneville a finalement tranché entre le Rouge et Or et les Carabins de l’Université de Montréal.

«C’était très serré comme décision et, au final, j’ai écouté mon cœur, a-t-il exprimé. C’est cliché, mais j’ai grandi en regardant le Rouge et Or. J’ai joué avec le mini Rouge et Or dès l’âge de 9 ans. La présence de Glen [Constantin] comme entraîneur de position est un point qui a pesé dans la balance. Les installations et les ressources mises à la disposition des joueurs sont deux autres facteurs qui ont aussi influencé ma décision. Je suis vraiment fier de mon choix.»

L'ailier défensif William Quenneville a dominé le circuit collégial Division l'an dernier avec six sacs.
Photo courtoisie Roch Lambert

Avant d’arrêter sa décision, l’ailier défensif de 6 pi, 3 po et 220 livres a discuté avec plusieurs personnes. «Je voulais être certain de prendre la meilleure décision pour moi et j’ai fait mes devoirs, a-t-il raconté. J’ai parlé à mes entraîneurs Marc-André Dion, Pascal Masson et Benjamin Garand-Gauthier; à mon ancien coach au Séminaire Saint-François, Luc Savoie; à Vincent Desjardins, qui a eu le même parcours que moi, et à Jean-Sébastien Bélisle qui a joué avec les Carabins. Je voulais avoir les deux côtés de la médaille.»

Les Golden Bears ont aussi courtisé Quenneville après avoir vu le film de ses meilleurs jeux. «Cela aurait été une belle expérience et j’ai eu de belles discussions avec le coordonnateur défensif qui était très intéressé, a-t-il souligné. Comme futur policier, cela aurait été une belle option d’étudier dans l’Ouest pour obtenir une opportunité dans la GRC. Cela aurait toutefois demandé de grands sacrifices, notamment être loin de ma famille. Je n’étais pas prêt à faire ces sacrifices.»

Même si son chemin le mènera à l’École nationale de police du Québec à un moment donné, Quenneville n’a pas l’intention de délaisser le football dès qu’il recevra l’appel. Dans une situation semblable il y a deux ans, l’ailier défensif Charles-Émile Bouchard avait fait une croix sur le football pour accepter l’offre de Nicolet avant de participer à son premier camp d’entraînement universitaire avec le Rouge et Or.

«De mon côté, je veux profiter de mes années universitaires et jouer au football, a expliqué Quenneville. J’ai discuté avec les entraîneurs que je pourrais aller à Nicolet pendant la session d’hiver et revenir à Laval à l’automne pour la saison. De toute façon, il y a un an, un an et demi de retard dans les admissions à Nicolet en raison de la pandémie.»

«Pour ma première saison, je veux jouer le plus vite possible et obtenir le plus de temps de jeu possible, mais ça va être un gros défi, ajoute le meneur pour les sacs, à égalité avec six en 2019. Je veux compétitionner avec les recrues et les vétérans.»