/sports/football
Navigation

L’autre visage des Chiefs de Kansas City

Le plaqueur Chris Jones demeure l’un des joueurs les plus dominants du circuit, lui qui revendique déjà 4,5 sacs du quart, en plus d’avoir provoqué deux échappés.
Photo AFP Le plaqueur Chris Jones demeure l’un des joueurs les plus dominants du circuit, lui qui revendique déjà 4,5 sacs du quart, en plus d’avoir provoqué deux échappés.

Coup d'oeil sur cet article

Les explosions offensives sont moins présentes, tout comme les statistiques intergalactiques auxquelles Patrick Mahomes a habitué les amateurs. Pourtant, même si les Chiefs peuvent paraître moins dominants que par le passé, il ne faut pas se fier aux apparences.

À travers la NFL, une seule équipe demeure invaincue, les Steelers, avec une fiche de 6-0. Les Chiefs ont beau avoir encaissé une défaite, mais ils doivent encore être considérés comme l’équipe à battre dans la NFL.  

  • Écoutez le balado La Zone payante ci-dessous:  

Ces deux clubs montrent un bel équilibre et des arguments solides peuvent être érigés pour tenter de démontrer la supériorité de l’un ou l’autre. Les Ravens, Seahawks, Packers, Titans et Buccaneers complètent, à l’approche de la mi-saison, le groupe de prétendants les plus sérieux.

Sauf qu’il ne faudrait surtout pas déduire que les Chiefs ne sont plus aussi dangereux qu'ils l’étaient. Au contraire, les frappes sont différentes, mais peuvent provenir de partout.

Tous contribuent

Par le passé, la recette des Chiefs se résumait à leur attaque aérienne surréaliste. Du moins, jusqu’à ce que la défensive commence à prendre un peu de vigueur à partir de la deuxième moitié de la dernière campagne.

Le plaqueur Chris Jones demeure l’un des joueurs les plus dominants du circuit, lui qui revendique déjà 4,5 sacs du quart, en plus d’avoir provoqué deux échappés.
Photo AFP

Cet automne, les Chiefs s’élèvent de plusieurs manières. Le meilleur exemple est survenu face aux Broncos, dans une victoire de 43-16, lors de laquelle Patrick Mahomes n’a accumulé que 200 verges par la passe, son plus bas total de la saison, avec une seule passe de touché.

En fait, des 43 points marqués, Mahomes n’a été sur le terrain que pour 12 d’entre eux. Byron Pringle a inscrit un touché sur un retour de botté, tout comme Daniel Sorensen sur un retour d’interception. Les autres points sont provenus de bottés de placement et d’une course de Chad Henne, appelé en relève quand le match est devenu hors de portée.

Le plaqueur Chris Jones demeure l’un des joueurs les plus dominants du circuit, lui qui revendique déjà 4,5 sacs du quart, en plus d’avoir provoqué deux échappés.
Photo AFP

Les Chiefs sont ainsi devenus la seule équipe, cette saison, à inscrire des touchés à l’attaque, en défensive et sur les unités spéciales dans un même match. La défensive, qui a de moins en moins l’air d’un feu de paille, a marqué un deuxième touché en quatre matchs sur des retours d’interceptions. Elle en comptait seulement deux lors des 28 matchs précédents.

Cette même défensive est actuellement deuxième dans la ligue avec 13 revirements provoqués. Voilà qui place souvent l’offensive en position avantageuse pour aller inscrire des points.

Plusieurs façons

Que l’on ne se méprenne surtout pas! Patrick Mahomes demeure un quart-arrière dominant, avec 16 passes de touché et seulement une interception, mais la beauté de la chose est qu’il n’a plus à tout porter sur ses épaules.

Cette saison, les Chiefs ont battu les Bills dans un match où ils ont amassé plus de verges au sol (245) que par la passe (221). À cinq reprises, ils ont franchi la barre des 100 verges par la course et l’arrivée de Le’Veon Bell, en complément de Clyde Edwards-Helaire, assure productivité et profondeur.

Le plaqueur Chris Jones demeure l’un des joueurs les plus dominants du circuit, lui qui revendique déjà 4,5 sacs du quart, en plus d’avoir provoqué deux échappés.
Photo AFP

La défensive n’a concédé que 33 points depuis le surprenant revers face aux Raiders. À cinq reprises, elle n’a pas donné plus de 20 points. Seuls les Buccaneers ont fait mieux avec six matchs du genre. 

Et l’attaque? N’allez surtout pas croire qu’elle est en panne avec au moins 23 points dans 21 matchs de suite. Les feux d’artifice ne sont peut-être plus aussi éclatants, mais le bouquet est mieux dosé.

PRÉDICTIONS DE LA SEMAINE 8 

JEUDI 

MON CHOIX 

  • Atlanta en Caroline PANTHERS  

DIMANCHE

MES CHOIX 

  • Pittsburgh à Baltimore (13h) STEELERS 
  • LA Rams à Miami (13h) DOLPHINS 
  • NY Jets à Kansas City (13h) CHIEFS 
  • Minnesota à Green Bay (13h) PACKERS 
  • Indianapolis à Detroit (13h) COLTS 
  • Las Vegas à Cleveland (13h) RAIDERS 
  • Tennessee à Cincinnati (13h) TITANS 
  • Nouvelle-Angleterre à Buffalo (13h) BILLS 
  • LA Chargers à Denver (16h05) CHARGERS 
  • San Francisco à Seattle (16h25) SEAHAWKS 
  • La Nouvelle-Orléans à Chicago (16h25) SAINTS 
  • Dallas à Philadelphie (20h20) EAGLES  

LUNDI 

MON CHOIX 

  • Tampa Bay à NY Giants (20h15) BUCCANEERS  

*Équipes en congé : Jaguars, Texans, Washington, Cardinals

RÉSULTATS DE LA SEMAINE DERNIÈRE: 10 en 14 (71,4%)

TOTAL CETTE SAISON: 73 en 105 (69,5%)

LES CHOIX DU JOURNAL 

Steelers de Pittsburgh (6-0) vs Ravens de Baltimore (5-1)

RIVALITÉ MONSTRE

Le plaqueur Chris Jones demeure l’un des joueurs les plus dominants du circuit, lui qui revendique déjà 4,5 sacs du quart, en plus d’avoir provoqué deux échappés.
Photo AFP

Rien n’est plus musclé que la rivalité Steelers-Ravens, surtout quand l’enjeu est aussi grand. Les Ravens ont la meilleure attaque au sol du circuit (164,3 verges par match), mais les Steelers sont deuxièmes en défensive contre la course (68,8 verges par match). Les deux équipes adorent le blitz. Le quart des Steelers Ben Roethlisberger a complété 70,5% de ses passes face au blitz cette saison. Son vis-à-vis, Lamar Jackson, brillait en 2019 contre cette stratégie, mais pas cette année.  

  • Steelers par 3  

Rams de Los Angeles (5-2) vs Dolphins de Miami (3-3)

BAPTÊME DE FEU

Le plaqueur Chris Jones demeure l’un des joueurs les plus dominants du circuit, lui qui revendique déjà 4,5 sacs du quart, en plus d’avoir provoqué deux échappés.
Photo AFP

C’est un premier départ pour Tua Tagovailoa, que les Dolphins ont choisi au cinquième rang du dernier repêchage. Il devient ainsi le 12e quart recrue dans les deux dernières années à sauter sur le terrain et seulement trois ont remporté leur premier match. Les Dolphins peuvent surprendre, car ils jouent bien défensivement. Les Rams également, mais les attaques qu’ils ont muselées n’étaient pas de calibre. Tagovialoa jouera de manière méthodique, accumulant les gains courts et intermédiaires.  

  • Dolphins par 1  

Jets de New York (0-7) vs Chiefs de Kansas City (6-1)

UNE SEULE QUESTION...

Le plaqueur Chris Jones demeure l’un des joueurs les plus dominants du circuit, lui qui revendique déjà 4,5 sacs du quart, en plus d’avoir provoqué deux échappés.
Photo AFP

La grande question n’est pas de savoir si les Chiefs vont l’emporter, mais plutôt par combien? Les preneurs aux livres établissent les Chiefs favoris par 19,5 points, un écart énorme. C’est toutefois justifié quand une équipe digne des grands honneurs dans la NFL en affronte une dont le principal fait d’armes, cette saison, est qu’un joueur a réussi une interception avec son postérieur. Oui, oui, la vidéo est disponible! Pour ce qui est des faits d’armes à l’attaque, s’ils existent, ils ne sont pas documentés.  

  • Chiefs par 22  

Vikings du Minnesota (1-5) vs Packers de Green Bay (5-1)

QUELLE RIVALITÉ?

Le plaqueur Chris Jones demeure l’un des joueurs les plus dominants du circuit, lui qui revendique déjà 4,5 sacs du quart, en plus d’avoir provoqué deux échappés.
Photo AFP

Il y aura toujours une certaine haine entre les Vikings et les Packers, mais cette rivalité est devenue à sens unique. Depuis que Kirk Cousins pilote l’attaque des Mauves, ceux-ci n’ont vaincu les Packers qu’une fois en cinq occasions. Lors des trois derniers duels, Cousins n’a lancé que quatre passes de touchés contre autant d’interceptions, avec 204 verges en moyenne. Tout n’est pas sa faute, mais difficile de croire qu’il peut rivaliser point pour point avec Rodgers actuellement.  

  • Packers par 9  

Colts d’Indianapolis (4-2) vs Lions de Detroit (3-3)

LACUNE À EXPLOITER

Le plaqueur Chris Jones demeure l’un des joueurs les plus dominants du circuit, lui qui revendique déjà 4,5 sacs du quart, en plus d’avoir provoqué deux échappés.
Photo AFP

À la mi-saison, il est encore difficile de réellement peindre le portrait de ces deux équipes. Les Colts ont dominé défensivement contre des attaques faibles et le jeu de leur quart-arrière Philip Rivers est inégal. Les Lions ont évidemment échappé quelques matchs de manière tordue. Pour les Colts, il est impératif de relancer le jeu au sol avec Jonathan Taylor, qui est sous-utilisé avec 14 courses en moyenne à ses quatre derniers matchs. Les Lions accordent 132 verges par la course par match.  

  • Colts par 6  

Raiders de Las Vegas (3-3) vs Browns de Cleveland (5-2)

ENCORE DES DOUTES

Le plaqueur Chris Jones demeure l’un des joueurs les plus dominants du circuit, lui qui revendique déjà 4,5 sacs du quart, en plus d’avoir provoqué deux échappés.
Photo AFP

Les Browns sont-ils à l’image d’un boxeur prometteur qui se construit une fiche gagnante à l’aide de combats plutôt faciles? Ils ont battu deux fois les Bengals, en plus des Cowboys en perdition et de l’équipe de Washington. À leur tableau de chasse, seuls les Colts sont sérieux. Les Raiders se remettent d’une cuisante défaite face aux Buccaneers, mais les Browns ne constituent pas le même défi défensif. Les Browns sont 30e contre la passe. Derek Carr en a pris note.   

  • Raiders par 6   

Titans du Tennessee (5-1) vs Bengals de Cincinnati (1-5-1)

ENCORE HENRY

Le plaqueur Chris Jones demeure l’un des joueurs les plus dominants du circuit, lui qui revendique déjà 4,5 sacs du quart, en plus d’avoir provoqué deux échappés.
Photo AFP

Pour les Titans, le plan de match offensif risque d’être simple. Derrick Henry à gauche, à droite, au centre et à travers la défensive trouée des Bengals. Celle-ci accorde 4,9 verges par portée à ses adversaires. Seulement trois équipes dans la ligue font pire. Un match typique de Henry, à 150 verges ou plus, est loin d’être exclu dans ce scénario. Les Bengals sont compétitifs et ils doivent s’assurer de l’être contre des clubs du calibre des Titans, ce qu’ils n’avaient pas su faire face aux Ravens. 

  • Titans par 10  

Patriots de la Nouvelle-Angleterre (2-4) vs Bills de Buffalo (5-2)

CHANGEMENT DE GARDE?

Le plaqueur Chris Jones demeure l’un des joueurs les plus dominants du circuit, lui qui revendique déjà 4,5 sacs du quart, en plus d’avoir provoqué deux échappés.
Photo AFP

C’est connu, depuis 20 ans, les Patriots maltraitent les Bills. Même depuis le nouveau régime efficace de Sean McDermott, la situation ne s’améliore pas. Les Bills sont 0-6 face aux Patriots sous les commandes de leur entraîneur actuel et n’ont jamais marqué plus de 17 points. C’est un facteur à considérer, mais l’attaque des Bills est plus productive en 2020. C’est tout le contraire chez les Patriots, qui détiennent le 24e rang au total et le 28e contre la passe. Le vétéran receveur Julian Edelman sera absent.  

  • Bills par 1  

Chargers de Los Angeles (2-4) vs Broncos de Denver (2-4)

DEUX JEUNES ESPOIRS

Le plaqueur Chris Jones demeure l’un des joueurs les plus dominants du circuit, lui qui revendique déjà 4,5 sacs du quart, en plus d’avoir provoqué deux échappés.
Photo AFP

Ce duel de la division Ouest oppose deux équipes qui en arrachent, mais qui souhaitent rapidement voir leur destin changer grâce à leurs jeunes quarts-arrières. La lumière semble plus claire chez les Chargers avec Justin Herbert qui connaît des moments époustouflants. Chez les Broncos, Drew Lock a encore peu d’expérience, mais il n’a lancé aucune passe de touché à ses trois derniers départs, ce qui laisse perplexe. L’absence de Courtland Sutton nuit clairement au développement de Lock.  

  • Chargers par 4  

49ers de San Francisco (4-3) vs Seahawks de Seattle (5-1)

TOUTE UNE DIVISION!

Le plaqueur Chris Jones demeure l’un des joueurs les plus dominants du circuit, lui qui revendique déjà 4,5 sacs du quart, en plus d’avoir provoqué deux échappés.
Photo AFP

Les quatre clubs de la division Ouest de la conférence Nationale montrent une fiche gagnante. Le choc entre Seahawks et 49ers s’annonce colossal. Sachez qu’à leurs 12 derniers matchs, les Seahawks montrent une fiche de 8-0 en dehors de leur division corsée... et de 0-4 à l’intérieur de cette division! Ils misent étrangement sur la meilleure attaque du circuit, mais aussi la pire défensive, en ce qui concer les verges gagnées et accordées. Encore une fois, Russell Wilson sera en mission.  

  • Seahawks par 4   

Saints de La Nouvelle-Orléans (4-2) vs Bears de Chicago (5-2)

RARE VISITE DEHORS

Le plaqueur Chris Jones demeure l’un des joueurs les plus dominants du circuit, lui qui revendique déjà 4,5 sacs du quart, en plus d’avoir provoqué deux échappés.
Photo AFP

À ce jour cette saison, les Saints n’ont pas mis les pieds dehors, ne jouant que dans le confort de leur foyer ou d’autres dômes. Il sera intrigant de les voir dans la température parfois inclémente de Chicago. La défensive, qui devait figurer parmi la crème, a accordé au moins 23 points chaque match cette saison et cet aspect doit impérativement être corrigé. Justement, les Bears se cherchent offensivement. Ils sont bon derniers par la course, une claque au visage de leur riche histoire au sol.  

  • Saints par 2  

Cowboys de Dallas (2-5) vs Eagles de Philadelphie (2-4-1)

DINUCCI AUX COMMANDES

Le plaqueur Chris Jones demeure l’un des joueurs les plus dominants du circuit, lui qui revendique déjà 4,5 sacs du quart, en plus d’avoir provoqué deux échappés.
Photo AFP

La seule chose qui est pire qu’un duel de l’abominable division Est par un beau dimanche soir, c’est un duel de la division Est impliquant Ben DiNucci comme quart-arrière des Cowboys. Rien contre le jeune choix de septième ronde, mais les chances qu’il soit prêt pour le défi sont minimes et les Cowboys étaient déjà suffisamment atroces. Ezekiel Elliott n’a toujours pas atteint le plateau des 100 verges au sol, sa pire séquence en carrière. Les Eagles, eux, retrouvent tranquillement la santé.  

  • Eagles par 1  

Buccaneers de Tampa Bay (5-2) vs Giants de New York (1-6)

TROP DE VISIBILITÉ

Le plaqueur Chris Jones demeure l’un des joueurs les plus dominants du circuit, lui qui revendique déjà 4,5 sacs du quart, en plus d’avoir provoqué deux échappés.
Photo AFP

Parce qu’ils occupent le grand marché de New York, les Giants sont constamment imposés aux amateurs à heure de grande écoute, ce qui est d’un sadisme morbide. Considérant à quel point les représentants de la Grosse Pomme pourrie sont tristes à voir jouer, les amateurs devraient se révolter. Depuis 2018, les Giants ont été impliqués dans neuf matchs à heure de grande écoute, présentant un dossier de 1-8. Dire que jadis, le Monday Night Football était une institution...  

  • Buccaneers par 10