/weekend
Navigation

Un premier album et déjà un pied aux États-Unis

Population II
Photo Laurence Martin

Coup d'oeil sur cet article

Le groupe Population II ne fait pas les choses comme les autres. D’abord, leur rock psychédélique détonne dans le paysage musical actuel au Québec. Deuxio, ils ont déjà un pied aux États-Unis.

Formé de trois amis du secondaire – Sébastien Provençal à la basse, Pierre-Luc Gratton à la voix et à la batterie, Tristan Lacombe à la guitare et l’orgue – ce tout jeune trio a signé une entente avec Castle Face Records, un label américain indépendant qui se spécialise dans le rock alternatif et qui lancera leur premier album À la Ô Terre, au sud de la frontière.

En français

Longues envolées instrumentales férocement psychédéliques, guitare distordue au max, influences manifestes du rock des années 1970 (on pense aux Doors notamment à cause de l’orgue), du free jazz, un brin de post-rock : Population II a tout du groupe anglophone, mais c’est en français que ça se passe.

Sébastien Provençal préfère néanmoins souligner les prouesses de son ami batteur.

« Pierre-Luc me surprend à chaque fois. Quand t’es un batteur, il faut que tu gardes le rythme, alors imagine en plus de chanter. Je ne pensais jamais voir ça dans ma vie », confie-t-il.

Improvisation

L’autre particularité de Population II, c’est son recours à l’improvisation pour la composition.

« On enregistre nos improvisations, qui peuvent durer jusqu’à une heure, puis on sélectionne les éléments que nous aimons et on essaye de trouver la chanson. » 


À la Ô Terre est disponible depuis vendredi.