/word/usa/election2020
Navigation

Une soirée électorale électrisante en vue

ELECTIN VOTE 2016
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Toutes les conditions gagnantes sont réunies pour une victoire de Joe Biden. Il devance Donald Trump dans les sondages nationaux et dans la majorité des États pivots. Il a récolté près de 60 % du vote postal, il a amassé plus d’argent que son rival et a imposé la gestion de la COVID comme question de l’urne.

• À lire aussi: Donald Trump ou Joe Biden: qui va remporter l’élection américaine?

Mais l’enthousiasme des électeurs de Trump et la hantise de revivre 2016 nous empêchent de conclure trop rapidement. Même si la majorité des chemins mènent à un gain démocrate, il existe encore une possibilité pour Trump. 

Voici votre guide pour suivre et mieux comprendre la soirée électorale à laquelle je participerai à LCN.

L’autoroute de Joe Biden

Joe Biden va remporter tous les États gagnés par Hillary Clinton il y a quatre ans, incluant les États du Nevada et du Minnesota. 

Il est fortement en avance au Michigan et au Wisconsin, remportés en 2016 par Trump. Cela devrait lui permettre de cumuler un minimum de 258 votes au collège électoral. 

Pour être élu, un candidat doit atteindre 270 grands électeurs sur un maximum de 538 grands électeurs. 

Il a donc besoin de 12 votes supplémentaires au collège électoral. 

Joe Biden doit gagner l’un des quatre États où la lutte est serrée : Pennsylvanie (20 votes), Arizona (11 votes), Caroline du Nord (15 votes) ou Floride (29 votes). 

Les sondages placent Joe Biden en avance dans ces États, mais avec un maigre 2 %, en moyenne, un taux semblable à celui qu’avait obtenu Mme Clinton en 2016.

Les chances sont donc très élevées que Joe Biden devienne le prochain président des États-Unis. 

D’ailleurs, tous les agrégateurs, qui calculent la probabilité de gagner, comme 338Canada, FiveThirtyEight ou The Economist, évaluent à plus de 80 % la possibilité d’une victoire de Joe Biden... comme ils avaient prédit une victoire pour Hillary Clinton en 2016.

Le chemin cahoteux de Donald Trump

Donald Trump avait obtenu 306 électeurs au collège électoral il y a quatre ans. Il ne peut donc se permettre de perdre plus de 36 votes. En tenant pour acquis qu’il perdra le Michigan (16 votes) et le Wisconsin (10 votes). Il doit solidifier ses 10 votes supplémentaires. 

Donc, à l’inverse de Joe Biden, il ne peut perdre aucun des États suivants : Arizona (11 votes), Caroline du Nord (15 votes), Pennsylvanie (20 votes) ou Floride (29 votes). 

Avec une chance inouïe qui combinerait un taux de vote plus élevé de ses partisans, des votes postaux non comptabilisés et un alignement des astres hors du commun, il pourrait encore gagner à l’arraché.

Mais Donald Trump n’est pas sorti du bois, car il est également en difficulté en Géorgie, en Ohio et même au Texas. Les probabilités passent donc d’une large victoire de Joe Biden à une victoire très serrée de Trump.

Mais parce que Trump n’est pas un politicien ordinaire et qu’il va utiliser tous les moyens dont dispose le président pour se maintenir au pouvoir, qu’ils soient légaux ou non, il faut se garder une petite gêne avant de déclarer un vainqueur. Tous ont peur de se « trumper » de nouveau.

Nous aurons une soirée électorale électrisante à l’image de ce peuple qui est capable du pire, mais aussi du meilleur.