/news/currentevents
Navigation

Attaques à Québec: une nuit d'horreur pour deux bons samaritains

Ils sont venus en aide à l'une des victimes de la tragédie

Coup d'oeil sur cet article

Un couple du Vieux-Québec a tout fait pour sauver la vie d’une des victimes de l’homme au sabre, qui a semé la terreur dans le quartier historique le soir de l’Halloween.

• À lire aussi: Nuit d'horreur à Québec: l'identité du suspect et des victimes maintenant connue, perquisition en cours à Sainte-Thérèse

• À lire aussi: Nuit d'horreur à Québec: les gestes du tueur étaient «prémédités»

• À lire aussi: Nuit d’horreur à Québec: tout ce que vous devez savoir présentement

Il était environ 22h28 lorsque Marie-France Rioux a entendu son conjoint hurler à l’extérieur, sur la rue des Remparts. Il l’a appelée, en pleurs et en panique, dans les secondes qui ont suivi. Inquiète, elle est sortie avec un bâton de baseball. 

«Je suis sortie et j’ai trouvé mon conjoint très en panique avec mon voisin [le conjoint de la victime] et ma voisine, qui était au sol, blessée grièvement», explique-t-elle. 

Mme Rioux est médecin urgentologue, ce sont donc ses réflexes professionnels qui ont guidé ses premières interventions. 

«J’ai couru vers la victime durant que mon conjoint appelait les secours et s’occupait du conjoint de la victime. À ce moment, elle était encore en vie, mais très mal en point», explique-t-elle.  

«C’était pas facile», souffle Mme Rioux, très émotive et empathique à l’égard du drame que vit son voisin.  

Mme Rioux s’est concentrée à administrer le massage cardiaque à la dame jusqu’à l’arrivée des secours.  

«Elle avait des blessures graves au niveau du visage, elle respirait difficilement. On a commencé le massage cardiaque, mais elle n’avait plus de pouls et beaucoup de saignement. Elle a rendu l’âme avant même l’arrivée des ambulanciers», se désole-t-elle.  

À ce moment, Mme Rioux et son conjoint, Brad Purcell, ignoraient que leur voisine avait été victime d’un tueur en cavale et ce qui se passait en ville. Ils croyaient à un accident de voiture avec un délit de fuite. Mais la scène à laquelle a assisté Mme Rioux la laissait perplexe. 

Brad Purcell, conjoint de Marie-France Rioux, croyait que sa voisine avait été happée par un véhicule. Il a rapidement appelé les secours et sa conjointe, qui est médecin à l'urgence, pour qu'elle vienne aider la victime.
Photo Catherine Bouchard
Brad Purcell, conjoint de Marie-France Rioux, croyait que sa voisine avait été happée par un véhicule. Il a rapidement appelé les secours et sa conjointe, qui est médecin à l'urgence, pour qu'elle vienne aider la victime.

«Ça n’expliquait vraiment pas le genre de blessures que ma voisine avait, explique-t-elle. C’était une scène d’horreur.» 

  • Écoutez Vincent Dessureault, en direct de Québec, au micro de Pierre Nantel sur QUB radio: 

Le suspect devant lui

C’est un peu après qu’elle a été avisée de la situation. À ce moment, son conjoint a réalisé qu’il a vu et parlé avec le suspect. 

«Quand je suis sorti, j’ai vu la dame au sol et le gars [suspect] l’autre bord de la rue. Je lui ai crié d’aller chercher la voiture qui venait de passer, car je croyais qu’elle s’était fait frapper et que lui [suspect] avait été témoin de la scène», explique M. Purcell. 

Le suspect se trouvait à environ 25 pieds de lui.  

«J’ai crié fort, tout le Vieux-Port a dû m’entendre, poursuit-il. Il s’est retourné et il est parti rapidement. Je pensais qu’il allait chercher la voiture.» 

Mais celui qu’il a pris pour un témoin n’est jamais revenu. C’est en voyant des photos de l’arrestation qu’il l’a reconnu. Il indique qu’à ce moment, le suspect ne portait pas d’habit de type médiéval, et il dit ne pas avoir vu son arme.   

Le couple se dit fortement ébranlé par cette tragédie indescriptible. 

«Tout le monde dans mon petit nid va bien, mais mon cœur est avec mon voisin. Je trouve ça horrible et c’est lâche. Ma voisine était sans défense et elle s’est probablement dit que c’était quelqu’un déguisé pour l’Halloween. Et c’est ça, le pire, elle n’a pas pu se protéger, se désole Mme Rioux. On la voyait tous les jours, avec son chihuahua, toujours souriante. Elle va nous manquer.» 

La quiétude de ce secteur du Vieux-Québec a été ébranlée, et les plaies seront longues à guérir, estime-t-elle. 

«C’est irréel. Un petit quartier tranquille du Vieux-Québec... On n’arrête pas de dire que l’on est bien ici. Notre voisin, il disait toujours que c’était "son appart-bonheur", avec sa femme», termine Mme Rioux. 

APPEL À TOUS


Vous détenez de l’information sur la terrible attaque survenue à Québec, dans la nuit de samedi à dimanche? 

Contactez-nous à l’adresse jdm-scoop@quebecormedia.com.