/news/currentevents
Navigation

Des voisins ont tout fait pour tenter de lui sauver la vie

Des voisins ont tout fait pour tenter de lui sauver la vie
Photo Didier Debusschere

Coup d'oeil sur cet article

Un couple de la rue des Remparts a tout fait, en vain, pour tenter de sauver la vie de Suzanne Clermont, qui a succombé à une attaque gratuite d’une violence inouïe samedi.

• À lire aussi: Nuit d'horreur à Québec: les gestes du tueur étaient «prémédités»

• À lire aussi: Nuit d'horreur à Québec: l'identité du suspect et des victimes maintenant connue, perquisition en cours à Sainte-Thérèse

• À lire aussi: Nuit d’horreur à Québec: tout ce que vous devez savoir présentement

• À lire aussi: Nuit d’horreur à Québec: un cauchemar éveillé

Il était environ 22 h 28 lorsque Marie-France Rioux a entendu son conjoint hurler à l’extérieur. Inquiète, elle est sortie avec un bâton de baseball.

Marie-France Rioux, voisine de Suzanne Clermont.
Photo Catherine Bouchard
Marie-France Rioux, voisine de Suzanne Clermont.

« Je suis sortie et j’ai trouvé mon conjoint très en panique avec mon voisin [le conjoint de la victime] et ma voisine, qui était au sol, blessée grièvement », a raconté l’urgentologue en entrevue dimanche.

« J’ai couru vers la victime durant que mon conjoint appelait les secours et s’occupait du conjoint de la victime. À ce moment, elle était encore en vie, mais elle était très mal en point. C’était pas facile », souffle Mme Rioux, très émotive.

Elle a effectué un massage cardiaque jusqu’à l’arrivée des secours. « Elle avait des blessures graves au niveau du visage, elle respirait difficilement. On a commencé le massage cardiaque, mais elle n’avait plus de pouls et beaucoup de saignement. Elle a rendu l’âme avant même l’arrivée des ambulanciers », se désole-t-elle.

À ce moment, Mme Rioux et son conjoint, Brad Purcell, ignoraient que leur voisine avait été victime d’un tueur en cavale. Sur le coup, ils ont cru à un accident de voiture avec un délit de fuite.

« Ça n’expliquait vraiment pas le genre de blessures que ma voisine avait [par contre], explique-t-elle. C’était une scène d’horreur. »

  • Écoutez Vincent Dessureault, en direct de Québec, au micro de Pierre Nantel sur QUB radio: 

Face à face avec le suspect

Brad Purcell, voisin de Suzanne Clermont
Photo Catherine Bouchard
Brad Purcell, voisin de Suzanne Clermont

Sans savoir à qui il s’adressait, Brad Purcell a interpellé le suspect, qui était de l’autre côté de la rue lorsqu’il est sorti de la maison, croyant qu’il pourrait l’aider à retrouver un chauffard qui n’existait pas.

« Je croyais qu’il avait été témoin de la scène. J’ai crié fort. Tout le Vieux-Port a dû m’entendre. Il s’est retourné et il est parti rapidement. » C’est en voyant des photos de l’arrestation, plus tard, qu’il l’a reconnu.

« Mon cœur est avec mon voisin. Je trouve ça horrible et c’est lâche. Ma voisine était sans défense et elle s’est probablement dit que c’était quelqu’un déguisé pour l’Halloween. Et c’est ça, le pire, elle n’a pas pu se protéger », se désole Mme Rioux.

Plusieurs voisins et amis de Suzanne Clermont ont également accouru sur les lieux du drame, samedi soir, après avoir été alertés par les « hurlements » du conjoint de la victime, Jacques « Coco » Fortin, un ancien animateur de radio.

« C’est vraiment horrible »

« Il n’y a pas de mots pour décrire une pareille situation, un pareil drame. C’est vraiment horrible. Son conjoint est complètement démoli. Il est arrivé après coup. Elle avait le front ouvert », raconte Francine Matteau, qui connaissait la dame de 61 ans depuis une vingtaine d’années.

« Son conjoint était en état de choc. Il criait : “Qui a pu te faire ça ?” C’était vraiment une scène horrible à regarder. Quand je me suis approchée, j’ai tout de suite reconnu Suzanne. Quelqu’un essayait de la réanimer », a confié Sandra Pacas.

Mme Clermont était sortie à l’extérieur, vers 22 h 30, pour griller une cigarette lorsqu’elle a été assaillie par le meurtrier qui lui a asséné un coup fatal à la tête avec un sabre de type katana. 

« Quand j’ai su qu’il y avait eu un mort, j’ai fait une crise de panique. Le coin est tellement “safe”. Je ne comprends pas comment ça a pu arriver à Québec. Des choses comme ça, ça n’arrive même pas à Montréal », a réagi une autre résidente du secteur, Vicky Paradis.

Vicky Paradis
Photo Jean-Luc Lavallée
Vicky Paradis

Quant à l’autre victime, François Duchesne, les trois jeunes femmes qui ont découvert son corps, vers 22 h, près du Château Frontenac, n’ont pas souhaité répondre à nos questions dimanche.

Sur les réseaux sociaux, l’une d’entre elles a affirmé que l’homme s’était fait « transpercer le haut du corps ».

—Avec la collaboration d’Élisa Cloutier

APPEL À TOUS         


Vous détenez de l’information sur la terrible attaque survenue à Québec, dans la nuit de samedi à dimanche? 

Contactez-nous à l’adresse jdm-scoop@quebecormedia.com.