/news/society
Navigation

Halloween: une cueillette bien spéciale pour les enfants

Les Québécois ont dû faire preuve d’ingéniosité pour respecter les mesures sanitaires

Les nombreuses décorations de Pascal Bourgoin, à Beauport, ont attiré l’attention des enfants de son quartier.
Photo Didier Debusschères Les nombreuses décorations de Pascal Bourgoin, à Beauport, ont attiré l’attention des enfants de son quartier.

Coup d'oeil sur cet article

L’Halloween a permis, l’espace d’une soirée, de faire oublier la pandémie aux petits monstres du Québec qui n’ont pas hésité à braver le virus pour faire la cueillette de bonbons, essayant tant bien que mal de respecter les mesures sanitaires.

• À lire aussi: Halloween: des idées de génie pour une fête sécuritaire

• À lire aussi: Halloween: fête importante pour la croissance des enfants

«Ça fait du bien de voir du monde dans la rue un peu. On est toujours enfermé à l’intérieur ces temps-ci et en plus on vient d’apprendre que ça va durer un mois encore... C’est un petit baume au cœur», laisse entendre Anthony Allison, qui faisait du porte-à-porte avec ses quatre enfants dans le secteur de Beauport.

Joanie Patry et ses petits clowns ont arpenté les rues de Beauport à la recherche de bonbons.
Photo Didier Debusschères
Joanie Patry et ses petits clowns ont arpenté les rues de Beauport à la recherche de bonbons.

«Les enfants auraient été déçus qu’on les empêche de fêter l’Halloween. Ils attendaient ça avec impatience», indique sa conjointe, Joanie Patry.

S’adapter

Si les maisons décorées étaient un peu moins nombreuses que par les années passées, la population était tout de même prête à accueillir les enfants costumés.

D’une famille à l’autre, les idées ingénieuses se succédaient pour s’adapter à la première Halloween version COVID-19 et respecter les deux mètres de distance. Rares étaient ceux qui laissaient les enfants frapper à la porte.

Les nombreuses décorations de Pascal Bourgoin, à Beauport, ont attiré l’attention des enfants de son quartier.
Photo Didier Debusschère

Pinces télescopiques, système de poulies, bâton de hockey, chute ou glissade à bonbons, puise de piscine, table à bonbons, corde à linge, bras robotisé... toutes les idées étaient bonnes pour éviter que toute éclosion ne survienne lors de cette «permission» du gouvernement Legault de sortir de chez soi.

Dans la rue, les familles essayaient même d’éviter de se croiser du mieux qu’elles pouvaient malgré les nombreux va-et-vient, se saluant à distance.

«C’est moins le fun qu’avant quand on cognait chez les gens, a lancé la petite Lexie Hardy, croisée dans le quartier Limoilou. Mais il faut se protéger», a-t-elle averti, du haut de ses huit ans et demi.

La pandémie en a inspiré plusieurs pour les déguisements, comme ce monstre qui effrayait les passants avec sa règle de deux mètres.
Photo Agence QMI
La pandémie en a inspiré plusieurs pour les déguisements, comme ce monstre qui effrayait les passants avec sa règle de deux mètres.

La pandémie avait aussi visiblement été source d’inspiration pour les costumes de cette année, si l’on en juge par le nombre d’infirmières et de docteurs zombies croisés pendant la tournée du Journal, qui a même aperçu un monstre effrayer les passants avec... une règle de deux mètres.

Accalmie

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a d’ailleurs confirmé que tout s’est déroulé selon les consignes sanitaires en place et n’avoir eu à intervenir à aucun moment.

Même la COVID-19 a laissé souffler un peu les citoyens de la Vieille Capitale pour l’occasion. Bien qu’on déplore trois décès supplémentaires, le nombre de nouveaux cas s’élève à 49, une baisse marquée par rapport aux dernières semaines et une première depuis le 11 septembre.  

- Avec la collaboration de Dominique Lelièvre