/lifestyle/health
Navigation

Dans le frigo de Josée Lavigueur

JM 1026 Santé nutrition
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Josée Lavigueur est un modèle de santé qui inspire tant de personnes au Québec. Chroniqueuse dans les médias depuis 25 ans, Josée est aussi une femme d’affaires qui a lancé Ma ZONE FIT en 2018, une plateforme de mise en forme numérique, qui connaît un vif succès. Si on connaît la personnalité publique, peu savent ce qui se cache dans son frigo ! Incursion du côté de la cuisine de Josée ! 

JM 1026 Santé nutrition
Photo courtoisie

Josée, tu as commencé ta carrière dans la danse, sentais-tu alors une pression pour avoir le corps filiforme le plus mince possible ?

Je pense que la pression à l’époque était encore plus forte qu’aujourd’hui. Il y a 30 ans, alors que j’évoluais dans le domaine de la danse, on encourageait beaucoup la minceur, bien que ce n’était pas mon cas, plusieurs filles fumaient pour éviter de manger. Je contrôlais alors mon alimentation, je me restreignais. J’avais aussi trop de poitrine pour le corps idéal de la danseuse et j’avais tendance à m’habiller avec de grands chandails pour me camoufler. Aujourd’hui, on encourage davantage la diversité corporelle, et les filles aux corps athlétiques plus forts et plus musclés, moins minces, sont gages de santé. J’aime cette évolution !


Tu es ensuite devenue prof d’éducation physique au Cégep St-Laurent; tu devenais ainsi un modèle d’éducation pour les jeunes. Que prônais-tu alors comme approche ?

J’ai laissé tomber les restrictions et je faisais attention aux messages que je véhiculais aux étudiants. Comme mon comportement à la maison avec mes filles, je ne parlais jamais de poids ou de calories. J’encourageais vraiment les jeunes à être bien dans leur peau et à s’accepter. Le début de ma carrière médiatique en 1994 m’a replongée dans des comportements plus restrictifs, on était à l’époque de modèles de beauté et de fitness très minces et de vêtements moulants. Je mangeais bien, mais pas suffisamment pour mes besoins réels de femme sportive. J’ai d’ailleurs eu quelques malaises sur des plateaux de tournage. 


Aujourd’hui, tu sembles être particulièrement bien dans ta peau ?

Tout à fait, je mets la santé et l’équilibre de l’avant. Pour vieillir en santé, ça prend une alimentation variée et bien balancée. J’ai fait la paix avec la nourriture. Je mange bien et je bouge encore beaucoup parce que je suis passionnée et j’adore bouger pour le plaisir. Je donne des cours en groupe, encore aujourd’hui, trois soirs par semaine avec grand bonheur. 


Comment décrirais-tu ton type d’alimentation ?

J’ai toujours eu un cholestérol près de la limite supérieure, c’est génétique. Alors je surveille ce que je mange pour m’assurer qu’il reste dans la normalité. J’ai essayé aussi le jeûne intermittent pour évaluer l’impact sur mes triglycérides. Je suis sensibilisée aux maladies cardiovasculaires chez les femmes, on en parle peu, mais ça touche plus de femmes que le cancer du sein. Je mange de moins en moins de viande et j’adore les légumineuses. J’ai tendance à être difficile, mais mes deux filles m’incitent à explorer davantage, surtout lorsque l’on voyage en famille. Ma fille Sarah, étudiante à la maîtrise en physiothérapie et aussi athlète en escalade, mange particulièrement bien, ça influence mes propres habitudes alimentaires. J’ai toujours visé l’équilibre, il n’y a aucun aliment interdit à la maison, tout est une question de fréquence de consommation. On ne mange pas vraiment de dessert, mais on a notre tradition : quand on célèbre, notre incontournable est le gâteau croustillant au chocolat des Beaux Tilleuls à St-Lambert. 


Tes musts quand tu pars en randonnée ou en ski de fond ?

JM 1026 Santé nutrition
Photo Adobe Stock

Norman et moi aimons les sports de plein air. On apporte toujours des barres de quinoa pour grignoter, et Norman, qui aime beaucoup cuisiner, fait de belles grosses salades de quinoa-kale et amandes. Quel plaisir de déguster un si bon lunch en haut de la montagne !  

JM 1026 Santé nutrition
Photo Adobe Stock

Tu craques pour... ?

JM 1026 Santé nutrition
Photo Adobe Stock

Le chocolat, j’aime manger un peu de chocolat noir chaque jour. Je suis aussi très crème glacée, particulièrement la Häagen Dazs, j’ai du mal à prendre une portion raisonnable. Et j’ai aussi du mal à passer devant un bar laitier sans arrêter ! 

JM 1026 Santé nutrition
Photo Adobe Stock

Tu ne peux te passer de... ?

Soupe. J’adore les soupes, j’utilise tous mes légumes un peu défraîchis pour en cuisiner chaque semaine. Et ma soupe aux lentilles est mon classique depuis 10 ans. Je ne me lasse jamais de cette recette, qui ressemble même plus à des légumes aux lentilles qu’à une soupe tellement elle est dense. Je ne peux me passer aussi de bons bleuets du Québec et de pommes, mes deux fruits préférés. Enfin, la vinaigrette de mon conjoint Norman, si bonne, il y en a toujours de prête et c’est pratique puisqu’on aime beaucoup les salades-repas. Enfin, le week-end, j’adore les gros déjeuners, des crêpes avec une montagne de fruits ou des omelettes bien garnies de légumes.


Les effets de la pandémie sur tes habitudes alimentaires ?

À la maison, on a cuisiné comme jamais ! On s’est donné le défi de cuisiner plus végé et plus varié ! Je suis un peu difficile et j’ai tendance à ne pas trop essayer de nouveaux aliments, donc je suis bien fière d’en avoir profité pour explorer davantage.


Après la fermeture des gyms, comment as-tu adapté ton entraînement ?

Depuis mars dernier, je donne souvent des cours en direct sur ma page Facebook ! J’ai beaucoup de plaisir et je réalise que, même si on est loin, d’une certaine façon on est ensemble ! Les directs sur Facebook, c’est simple et il y a un échange réel avec les participants ! De plus, je cours régulièrement et on est des amateurs de randonnée pédestre ! Pas besoin de traverser les frontières pour découvrir des endroits sublimes !


Avec ton horaire chargé, prenez-vous le temps de souper en famille chaque semaine ?

Oui, chaque dimanche, on passe du temps en famille et on fait un souper tous ensemble. On fait le bilan de notre semaine tout en étirant le repas. En semaine, on tente de souper ensemble deux soirs par semaine. Je me suis abonnée récemment au service des boîtes à cuisiner Cook It, j’aime beaucoup car ça me permet d’explorer et d’essayer de nouvelles recettes. 


► Pour d’autres conseils : visitez isabellehuot.com