/news/health
Navigation

100M$ pour la santé mentale

Québec débloque des fonds pour aider les gens affectés par la pandémie

Coup d'oeil sur cet article

L’investissement de 100M$ en santé mentale annoncé dans la foulée de la tuerie de Québec a été bien accueilli hier, mais les sommes devront devenir récurrentes, disent les intervenants.

• À lire aussi: Nuit d'horreur à Québec: «On ne pourra pas éviter tous les drames violents», déclare le premier ministre François Legault

• À lire aussi: Nuit d’horreur à Québec: tout ce que vous devez savoir présentement

• À lire aussi: Un pas dans la bonne direction

En réaction aux événements du week-end, le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, a devancé cette annonce prévue lors de la mise à jour budgétaire, le 12 novembre prochain.

Le montant, décliné en plusieurs volets, permettra de rehausser les services d’aide psychologique jusqu’en mars 2022, autant pour les citoyens anxieux en raison de la pandémie que pour les personnes souffrant de troubles mentaux sévères.

Au sortir du confinement au printemps dernier, 12% des Québécois disaient vivre une détresse psychologique problématique (contre seulement 2% en temps normal), et plus du tiers se sentaient plus anxieux, selon les données de l’Institut national de santé publique. «Les effets néfastes sur la santé psychologique peuvent être effectivement nombreux, et les besoins psychosociaux continueront de se manifester au-delà de la gestion de la crise sanitaire que nous vivons actuellement et du déconfinement», a déclaré le ministre Carmant.       

  • ÉCOUTEZ l'entrevue avec Lionel Carmant, ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, à QUB radio:   

Liste d’attente

Quelque 16 000 personnes attendent des services en santé mentale dans le réseau public, contre 28 000 en 2018. Cette donnée indique au ministre Carmant que la «situation est préoccupante», mais «sous contrôle».

Mais l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux, elle, n’hésite pas à parler d’une «crise» de santé mentale. Elle salue l’investissement important, mais souhaite qu'il devienne récurrent. «Il faut multiplier et accélérer les pas, sinon nous ne surmonterons jamais cette crise», affirme sa présidente, Andrée Poirier.

Écoutez le directeur de l’organisme, Pech Benoît Côté, sur les besoins en santé mentale au Québec 

Ressources insuffisantes

Même son de cloche du côté de l’Association des médecins psychiatres du Québec. «Ces montants n’ont du sens que dans la mesure où ça s’inscrit dans quelque chose qui va être récurrent», dit Dr Olivier Farmer, psychiatre à l’Hôpital Notre-Dame, à Montréal, et porte-parole pour l’association. Mais les besoins pour les patients atteints de maladies mentales, les cas lourds que traitent les psychiatres, vont bien au-delà des sommes annoncées lundi. «Ici, au centre-ville de Montréal, on est capables d’offrir l’hospitalisation à environ un patient sur dix», déplore Dr Farmer.

Un phénomène de «portes tournantes» que connaissent bien les policiers des grandes villes, lesquels se sont transformés, bien malgré eux, en travailleurs sociaux depuis le mouvement de désinstitutionnalisation.

Martine Fortier, présidente de la Fraternité des policiers et policières de la Ville de Québec, donne l’exemple récent d’un homme suicidaire qui a reçu son congé de l’hôpital quelques jours après avoir été admis. «On a eu trois appels pour le même homme en l’espace de deux semaines, illustre-t-elle. [...] Ça demande des ressources. Mais on ne peut pas ne pas le chercher, il y a des vies en danger.»       

  • Écoutez le résumé du point de presse de Vincent Dessureault à QUB radio:   

100M$ pour bonifier l’aide en santé mentale   

35M$ serviront à l’achat de services dans le réseau privé, afin de réduire les listes d’attente pour voir un psychologue.  

31M$ pour maintenir le rehaussement des services déjà annoncé au début de la pandémie.  

19M$ dédiés à créer des «équipes sentinelles» auprès des clientèles vulnérables, afin de déceler plus tôt les problèmes de maladies mentales.  

10M$ afin de reconduire le rehaussement du financement pour les organismes communautaires en santé mentale.  

4,9M$ réservés afin de créer une stratégie numérique en prévention du suicide et pour rehausser les services à la ligne 1 866 APPELLE. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.