/sports/football/rougeetor
Navigation

Rouge et Or: la valeur de Samuel Cloutier revue à la hausse

Le plaqueur Samuel Cloutier était une pièce importante de la défensive des Cougars. Sur la vignette, il tente de freiner un porteur de ballon des Cheetahs de Vanier à l'occasion du Bol d'Or en novembre dernier à Thetford Mines.
Photo Courtoisie, Photos Football SMB Le plaqueur Samuel Cloutier était une pièce importante de la défensive des Cougars. Sur la vignette, il tente de freiner un porteur de ballon des Cheetahs de Vanier à l'occasion du Bol d'Or en novembre dernier à Thetford Mines.

Coup d'oeil sur cet article

La valeur de Samuel Cloutier a été revue à la hausse quand son entraîneur, Jean-François Joncas, a louangé ses mérites.

«Le secret le mieux gardé. Talentueux, dur et travaillant. Tu gagnes grâce à des joueurs comme ça, a écrit l’entraîneur-chef des Cougars de Lennoxville sur son fil twitter au sujet de son plaqueur qui poursuivra sa carrière avec le Rouge et Or de l’Université Laval. Si j’étais coach universitaire, je ferais du camping en face chez lui.»

Courtisé par Sherbrooke, Concordia et Western, Cloutier jonglait sérieusement avec la possibilité de poursuivre sa carrière en Ontario quand il a reçu des appels du Rouge et Or et des Carabins de l’Université de Montréal.

«Je dois remercier Jeff, a indiqué Cloutier. Il a une bonne opinion de moi. C’est gentil de sa part. Les appels de Laval et Montréal ont changé ma réflexion. J’ai décidé de rester plus près de chez moi et ça coûtait cher d’aller en Ontario. Au final, j’ai décidé entre Laval, Montréal et Sherbrooke. Parce que je suis un gars de l’Estrie (Windsor), Sherbrooke a mis beaucoup de pression pour que je reste. Je n’ai pas aimé cette approche. Je n’ai pas un méga-attachement et ça ne me dérangeait pas de partir.»

À Laval, le plaqueur de 6 pi 4 po et 276 livres retrouvera plusieurs visages connus. «Il y a plusieurs anciens de Lennoxville sur la ligne défensive (William Desgagné, Charles-Lee Alarie-Tardif et Dominique Jacques), a-t-il mentionné. J’ai aussi eu un bon contact avec Glen (Constantin). C’était beaucoup une question de feeling. J’avais le sentiment que Laval était la meilleure place pour moi.»

Blessure sérieuse

Blessé le 24 août et opéré deux jours plus tard, Cloutier n’aurait pas joué cette année même si la pandémie n’avait pas mené à l’annulation de la saison. «J’ai fait un exercice banal que je faisais régulièrement quand je me suis déchiré le tendon d’Achille, a-t-il expliqué. La réhabilitation se passe bien et je m’entraîne fort. J’étais dans une excellence forme au moment de ma blessure. J’étais passé de 245 à 290 livres en deux mois. J’ai perdu 14 livres depuis ma blessure, mais je vais en reprendre. Je devrai travailler à renforcir mes mollets.»

Joncas n’est pas inquiet pour Cloutier. «Il travaille dans l’ombre, fait ses choses et trouvera le moyen de contribuer. Il est à ses affaires. Après notre victoire au Bol d’Or, il est rentré chez lui au lieu d’aller célébrer avec ses coéquipiers parce qu’il travaillait le lendemain matin à 5h.»

Poisson à Sherbrooke

De son côté, le secondeur intérieur Émile Poisson poursuivra sa carrière avec le Vert & Or. Il a aussi considéré McMaster et eu des discussions avec Concordia et Bishop’s. «Je pourrai avoir un impact dès ma première saison et c’était un gros critère dans mon choix, a-t-il expliqué. Il y a un vétéran de 4e année, mais je pourrai voir de l’action au sein de certaines formations défensives en plus d’évoluer sur les unités spéciales. C’est aussi un bon choix sur le plan académique.»

Le secondeur intérieur Émile Poisson poursuivra avec le Vert & Or de l'Université de Sherbrooke.
Photo courtoisie, Caroline Maheu
Le secondeur intérieur Émile Poisson poursuivra avec le Vert & Or de l'Université de Sherbrooke.

Le jouer natif de Warwick étudiera en éducation physique. La proximité a aussi pesé dans sa décision.

Toujours lundi, son coéquipier Sunny Létourneau, qui peut évoluer comme ailier défensif et secondeur, a opté pour les Stingers, alors que le receveur Fabrice Hennekens a choisi les Carabins.